Découvrez cet Ougandais qui a conçu un test du paludisme sans prise de sang

0
72
Brian Gitta, un jeune Ougandais, vient de concevoir un appareil qui permet de dépister les symptômes du paludisme chez un patient sans avoir recours à une prise de sang. C’est cette innovation qui a séduit les membres du jury de l’académie royale britannique d’ingénierie et qui lui a valu de remporter le grand prix.

Tout est parti du fait que le jeune ingénieur de 24 ans, avait vu ses tests sanguins échouer à un diagnostic de paludisme dont il était lui même atteint. C’est à partir de ce moment qu’il a décidé de mettre en exergue ses compétences d’ingénieur en vue de trouver un autre moyen pour réaliser le test du paludisme sans prise de sang.

Dans un communiqué publié par l’académie royale britannique d’ingénierie, pour l’usage de appareil, l’on pince simplement le doigt d’un patient et en projetant un faisceau de lumière rouge à travers le doigt, l’appareil peut détecter les changements de forme, de couleur et de concentration des cellules rouges du sang, qui sont toutes affectées par le paludisme.

Désormais, les patients ne seront plus soumis au pénible procédé de prise de sang. L’académie ajoute que l’appareil est réutilisable, il ne coûte pas cher et ne nécessite aucune expertise spécialisée pour le faire fonctionner.

« Les résultats sont disponibles en une minute sur un téléphone portable relié à l’appareil. Matibabu est une vraie révolution. C’est un parfait exemple de la manière dont l’ingénierie peut faire avancer le développement, en l’occurrence en améliorant les services de santé », a déclaré Rebecca Enonchong, l’une des juges du prix

Brian Gitta est devenu le plus jeune lauréat du Prix africain pour l’innovation en ingénierie. Il a reçu la somme de 25.000 livres sterling(33.197 dollars) en guise de récompense.

Signalons que le Prix africain pour l’innovation a été crée par l’académie royale britannique d’ingénierie pour encourager  les ingénieurs talentueux d’Afrique subsaharienne à développer des solutions locales pour faire face aux défis de leurs communautés.

 

Afrikmag

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here