FINANCEMENT DE L’ECONOMIE SENEGALAISE Plus de 3000 milliards de Fcfa injectés en 2015 par les banques

0
Share Button
L’Observatoire de la qualité des services financiers (OQSF) a organisé,  hier, à Dakar une rencontre d’échange entre les acteurs du secteur financier et les acteurs des PME, pour faciliter de l’accès au crédit à travers la connaissance des voies et mécanismes dédiés mis en place par les pouvoirs publics.

                                                                                                                 Le Directeur général de l’Observatoire de la qualité des services financiers (OQSF), Habib Ndao, a indiqué que les banques ont injecté plus de 3000 milliards de Francs Cfa dans l’économie du pays en 2015. Il s’exprimait hier, jeudi 13 avril 2017, à Dakar, lors de l’atelier de sensibilisation sur les mécanismes de facilitation d’accès au financement. « Certes, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas un déficit de  financement, mais beaucoup de reproches ont été faits à ces  banques », a-t-il dit. D’après lui, cette rencontre va montrer quelles sont les contraintes et les entraves au financement des PME qui constituent 86% de notre tissu économique. Elle permettra de donner l’information nécessaire et les missions d’intérêt public de l’Observatoire, qui sont relativement méconnues par une frange importante des agents économiques censés en bénéficier, mais aussi mettre un focus sur les mécanismes innovants de facilitation de l’accès  aux financements mis en place par les pouvoirs publics. A cet effet, M. Ndao signale que l’observatoire est une institution qui sert d’interface entre les  usagers des services financiers et les opérateurs financiers. Pour le Dr Daouda Thiam, président de la Chambre de commerce,  d’industrie et d’agriculture de Dakar, l’accès au financement constitue un réel handicap pour le développement des entreprises locales. La contribution du secteur bancaire et financier et structures  assimilées au financement  de l’économie, reste toujours en deçà des attentes du secteur privé. « Ces rencontres d’information et de sensibilisation me paraissent nécessaires et opportuns car le souci majeur de nos opérateurs économiques reste l’accès au financement, malgré les efforts appréciables des autorités », a-t-il soutenu. Dans sa présentation, Mme Sophie Fall, juriste au sein de l’Observatoire, a largement listé les contraintes et entraves du financement des PME. Parmi lesquelles on peut citer la mauvaise  formulation des demandes,  l’inadéquation des procédures, le faible taux de recouvrement des prêts. Pour Oumar Diallo, Directeur de la monnaie et du crédit, cette rencontre permettra de réfléchir sur la problématique de l’accès au financement des PME, qui demeure encore faible. « La contribution  du secteur bancaire au  financement  de l’économie tourne autour de 36% à fin décembre 2015, contrairement aux taux observés dans les pays tels que le Maroc, la Tunisie  et l’Afrique  du Sud qui ressortent  à plus  de 70% », a souligné  M. Diallo. A l’en croire, les résultats des travaux devraient apporter  des éléments pertinents de réponse à bon nombre de préoccupations des PME, dont la problématique des garanties  adossées au crédit et du niveau des taux d’intérêt débiteurs.                                                                                                                                                                                          Avec Rewmi.com

PARTAGER