Share Button

Rebondissement sur le dossier des 1000 ha de terres  attribués  arbitrairement à l’entreprise SENEGINDIA. Le Gouverneur de la Région de Louga a pris le relais pour la poursuite de ce dossier, après le préfet de Kébémer, acteur incontesté de l’installation du projet SENEGINDIA dans la Commune de Diokoul.

Dans un communiqué parvenu à Senegal7, depuis ce lundi matin, un contingent de gendarmes composé d’éléments de la brigade de kébémer appuyée par leurs  collègues de Louga sont présentement sur le  site pour imposer aux populations des  4 villages impactés (Diokoul, Badar, Gadd Kébé et Mérina)  ce  Projet (Diokoul, MACABRE DE SENEGINDIA  et ce en dépit du sursis à exécution rendu par la Cour Suprême le 22 Décembre 2016.

« Face à cette énième tentative diabolique des autorités locales, nous prenons l’opinion publique nationale et internationale à témoin surtout dans cette période où les paysans  attendent les premières pluies pour retourner aux champs. En effet, nous avons déjà payé un lourd tribut avec la disparition de l’ex président du Collectif. Animés d’un esprit civique et patriotique, nous ne reculerons devant rien et ferons face à toute tentative  de musellement et d’abus quels que soient les risques encourus »;, lit-on dans le communiqué.

L’on nous informe qu’à l’instant même c’est l’affrontement avec l’utilisation de gaz lacrymogène  par les gendarmes en plein mois de Ramadan.

Nous y reviendrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here