Share Button

Les étudiants de notre pays vivent encore le deuil d’un des leurs lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, dépêchés à l’UGB sur demande du Recteur pour y assurer la sécurité.
Il en est résulté la mort d’un étudiant par balle, et 21 blessés dont 18 gendarmes et 3 étudiants !
A ce bilan macabre, s’est ajouté un vandalisme dans une manifestation d’étudiants, sans précédent à St Louis, ayant causé le saccage du CROUS, du Rectorat, de la villa du Recteur, et de la Maison du Ministre chargé de l’Enseignement Supérieur, et à Dakar, l’incendie d’un véhicule de la Police.
Ainsi, autant il faudrait condamner sans réserve le meurtre de l’étudiant, autant il faudrait cesser d’être complaisant avec des actes de vandalisme qui détruisent des biens publics et privés en toute illégalité.
En effet, le devoir de « maintien de l’ordre », lors d’une manifestation publique, ne donne pas licence aux forces de sécurité pour tuer, de même que le droit à la manifestation publique pacifique ne donne pas droit à porter atteinte aux biens publics et privés.
C’est pour cela, que la saisine du Procureur devrait permettre de mener une enquête complète sur les responsables, autant du meurtre de l’étudiant, que des actes de vandalisme perpétués durant ces affrontements.
Ceux qui ont fourni aux forces de l’ordre des balles réelles, et ceux qui ont incité à des actes de vandalisme, devraient être identifiés et traduits en justice, au même titre que ceux qui ont été les auteurs directs de ces actes criminels.
Les temps sont révolus où les forces de sécurité sont équipés en armes létales dans des opérations de maintien de l’ordre, de même que le vandalisme pour exprimer sa colère ou son indignation, est d’un autre âge.
Ainsi, ceux qui se contentent de condamner le meurtre de l’étudiant et d’exiger de situer les responsabilités tout en se taisant sur les actes de vandalisme perpétués dans ces affrontements, encouragent implicitement, le recours à des destructions de biens publics et privés, pour se faire justice soi-même.
Aucune impunité pour qui que ce soit, notamment pour les forces de l’ordre, les hommes politiques et les étudiants, est le fondement de tout Etat de Droit dans une République démocratique.
Il est donc de la responsabilité des Républicains et démocrates de ce pays d’exiger que toute la lumière soit faite dans ces affrontements, pour que le Droit soit dit, sans aucune complaisance.
C’est le seul moyen de mettre fin au cercle infernal de « meurtre d’étudiant- vandalisme d’étudiants », qui porte atteinte à l’image de marque de notre peuple.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here