La récente audience accordée par le chef de l’Etat à l’ambassadeur du Qatar à Dakar, le 17 octobre dernier, en dit long sur l’état actuel des relations  entre Dakar et Doha où séjourne Karim Wade depuis qu’il a quitté le pays.

Lors de cette rencontre, Macky Sall a affirmé au diplomate Qatari être en possession d’éléments prouvant que le candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds) pour la prochaine élection présidentielle utiliserait le Qatar comme sa base-arrière, en vue de déstabiliser son régime.

Selon le journal SourceA qui évoque le sujet, les fréquentes rencontres des responsables libéraux et d’autres candidats à la Présidentielle de 2019 en terre qatarie, sous l’initiative de Karim et d’Abdoulaye Wade, sans compter les multiples messages interceptés par les Services de Renseignement ont fini de faire naître des suspicions du coté du pouvoir. Et c’est pour parer à toute éventualité en cette veille de scrutin présidentiel que le président Macky Sall a tenu à rencontrer l’Ambassadeur du Qatar à Dakar.

Le chef de l’Etat a fait savoir au diplomate Qatari qu’il considérait son pays  comme principal responsable d’un  quelconque soubresaut au Sénégal sur la route qui nous sépare du scrutin de 2019. Ce, depuis qu’il a été établi que Doha, malgré les Accords qui la lient à Dakar, semble faciliter la tâche aussi bien aux opposants qu’à Karim Wade pour l’élaboration de leurs différentes stratégies de conquête du Pouvoir.

Face à ce qu’il qualifie d’«ingérence», le Président Macky Sall n’écarte pas l’éventualité d’une rupture des relations entre les deux pays, si le Qatar, depuis son sol, s’obstine à protéger les opposants et à les laisser s’en prendre au Gouvernement du Sénégal, renseigne Igfm.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here