Alors qu’à petite dose, la jalousie peut être considérée comme une preuve d’amour, il arrive qu’elle dérape pour se métamorphoser en jalousie maladive.

La jalousie, c’est une arme de destruction massive, dont les munitions, nourries aux braises du soupçon et du doute – justifiés ou non –, sont inépuisables. Elle peut flinguer le couple autant que faire dérailler le cœur et perdre la tête, jusqu’à commettre l’irréparable : ce geste ou cette parole de trop, cet acte qui, finalement, au nom de l’amour, tue l’amour.

Et nous en dépossède alors qu’on désirait tant ne le garder que pour soi. Pourtant, oui, il est normal d’être jaloux, à dose homéopathique

Voici  en tout cas Khadim Diop, l’homme brûlé vif par son épouse aux Maristes. Il a finalement rendu l’âme ce mercredi . Il était hospitalisé depuis lors à l’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy).

Selon des sources contactées par nos confrères de Seneweb hier, Khadim Diop était dans un état critique, mais stationnaire. Son corps était brûlé à 80%. Nos informateurs confiaient qu’il était question de l’évacuer à l’hôpital Principal pour une meilleure prise en charge.

Son épouse, Aïda Mbacké, elle, est sortie indemne de l’incendie qu’elle aurait provoqué. Elle était hospitalisée à Hoggy comme son mari. Mais, contrairement à ce qui avait été déclaré, elle n’a pas subi de brûlures. En état de grossesse très avancé au moment de son évacuation, elle a donné naissance à une fille lundi.

Dans la nuit du samedi à dimanche, Aïda Mbacké aurait aspergé d’essence son mari et mis le feu dans la chambre où elle l’aurait enfermé. Son mari venait de lui annoncer avoir pris une deuxième femme. En réalité, rapporte Vox Populi, Khadim Diop parlait de sa nouvelle voiture. La blague aurait mal tourné.

Toutefois, le couple traversait quelques fois des zones de turbulences. D’après les témoignages recueillis aux Maristes par Seneweb, Khadim Diop et Aïda Diop se disputaient parfois car, la dame reprochait à son mari d’être infidèle.

La pauvre, elle a aspiré à une volonté irrépressible de vengeance, malheureusement elle a saccagé à elle seule sa vie de couple et celle de ses enfants.

Loin de jouer les Cassandre,  elle est déjà passible de la Cour d’assise devenue Chambres criminelles pour avoir incendié volontairement un lieu d’habitation. La cause? Son intention de tuer est manifeste. Qui plus, elle a acquis un liquide inflammable avant d’attendre que son mari s’endorme pour allumer le feu et l’enfermer dans leur chambre; donc l’acte, l’assassinat est prémédité.

Mamadou Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here