Tout ce qui brille n’est pas de l’or. Certains qui se disent mourides ou tidianes ne le sont pas parce que simplement, Mame Maodo n’a pas besoin d’eux. Cheikhoul Khadim non plus. Ils sont des disciples de satan qui somnolent au fond d’eux et qui, souvent se réveille et les instrumentalise. Toute personne qui se dit mouride ou tidiane et qui dit du mal sur les respectables tenants actuels de ces voies n’est juste que satan en personne.
Non seulement, Mame El Malick et Boroom Touba ont la même descendance, mais ils sont tous les deux serviteurs reconnus et dévoués d’un seul et unique Maître, le prophète (PSL). Dieu, dans le coran, recommande aux musulmans de rester unis. Le prophète (PSL) dit que Dieu réserve sa terrible colère à toute personne qui s’aventurera à réveiller les démons du conflit. Ces personnes qui préfèrent Idy à ce que Dieu et son Prophète ont dit sont des parasites de notre société. Ils sont à mettre hors d’état de nuire. Car ce sont de véritables alliés d’Iblis qui veulent mettre le feu au pays. Qu’ils soient brûlés eux même. Cheikh Bamba et Seydi Hadj Malick n’ont pas besoin de telles personnes.
Aussi bien l’Etat que les guides religieux ont la lourde responsabilité de protéger ce précieux héritage des valeureux fondateurs de notre nation. Aucune fermeté ne doit être de trop s’il s’agit de châtier ces personnes qui font tout pour fissurer cette belle nation, la plus belle au monde.
Sous ce chapitre, tout pyromane qui a la témérité de défier toute une nation en insultant une personnalité religieuse, guide de plusieurs millions de personnes composées de nos proches parents, ne doit plus avoir droit à la liberté parce qu’il devient un danger ambulant. Si malgré la gravité de sa faute, la justice ne fait rien, d’autres têtes brulées comme lui risquent de sortir de nulle part pour revendiquer l’équitable vengeance qui pourrait ouvrir les portes à tous les excès, à toutes les dérives qui risquent de déraciner notre commun vouloir de vie commune.
Quant à Idy, je tiens à rappeler, modestement, que le pouvoir ne vaut pas ça. Toute personne qui le désire peut devenir mouride, Tidiane, animiste etc (à chacun sa religion). Mais, attendre d’être en mauvaise posture pour crier que je suis mouride alors que tu avais tout le temps et tous les moyens de le devenir n’est pas bien réfléchi surtout quand on se dit être investi d’un irrévocable destin présidentiel. La mouridité ne se décrète pas. Elle se vit. Ce n’est pas des paroles c’est un comportement. C’est d’abord l’humilité. C’est ensuite la générosité. C’est aussi la courtoisie, c’est enfin le travail acharné.
Cette phrase de Corneille dans le CID empruntée à Sénéque « a vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » résonne de pertinence dans cette histoire d’Idy. En effet, après les propos de ce dernier que je ne juge pas, on observe une certaine effervescence chez certaines personnes qui se réclament mourides et qui, de façon très zélée, montent au créneau pour tirer sur toute personne qui ose émettre un avis tendant à condamner les propos jugés blasphématoires par certains.
Ces réactions sont totalement incompréhensibles et condamnables. Qu’est ce qu’un Idy mouride peut – il apporter au mouridisme ? En quoi les attaques contre les propos d’Idy peuvent ils être assimilées à des attaques contre le mouridisme ? Combien de talibés mourides sont attaqués au vu et au su de tout le monde sans que ces personnes mal intentionnés ne lèvent le plus petit doigt ? Selbé Ndom est rudement attaquée tous les jours et à chaque fois, elle clame haute et fort sa mouridité. Pourtant personne n’élève le plus petit mot pour la protéger. Que cache ce brusque intérêt pour Idy au point d’insulter les autres musulmans du pays, de surcroit proche parents des dignitaires de Touba ?
Certains ont demandé à Idy de se repentir. Il l’a fait. Mais pour moi, ce n’est pas ça le débat. Qu’il soit musulman ou pas ne regarde que lui. Mais quand ses calculs vont jusqu’â ricocher les fondamentaux du pays, il y’a de quoi avoir peur. Aussi faut –il le rappeler, l’éminent Cheikh Anta Diop, mouride de lait et de sang n’a jamais été élu, pas plus que Serigne Oussseynou Fall, descendant direct de Mame Cheikh Ibrahima Fall, notre porte vers Khadimoul Khadim. Il ne suffit donc pas d’être mouride pour se faire élire.
Demain, dans tous les cas, deux hypothèses s’affronteront et entacheront peut être ces piliers qui nous tiennent tous. Car, à l’issu des toutes prochaines élections, si Idy est élu, ces personnes qui le défendre parce qu’il est mouride sortiront de leur arrogance, bomberont le torse et tenteront de mépriser les autres. Si Idy ne gagne pas, d’autres personnes, jusque là tapis dans l’ombre, comme à l’occasion de la coupe du monde de 2002, brandiront leur chapelet pour dire qu’il a été recalé par des forces invisibles en représailles à sa décision osée de les tourner le dos.
Falilou Cissé
77 689 79 44
EMAIL faliluc@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here