La dame qui a aspergé son mari d’un liquide inflammable et qui l’a ensuite brûlé avant de refermer la porte de leur chambre, à Hann Maristes, vit le martyre, au quotidien dans sa cellule de la prison pour femme de Liberté 6. Aida Mbacké, puisque que c’est d’elle qu’il s’agit, ne vit plus, depuis la mort de son mari qui a précédé son accouchement,  si l’on en croit à un de ses proches.
« En prison, Aïda Mbacké souffre le martyre. C’est une perte d’un être humain qui était de surcroît son époux, le père de ses enfants. Elle n’aurait jamais souhaité cela. Elle regrette son acte. Je peux même dire que, socialement, elle est déjà morte. C’est dommage. C’est un acte qui va la poursuivre à vie. Déjà, je pense que cette sanction est la plus lourde qui soit« , confie notre source.  Mais ce proche de la fille du marabout Serigne Babacar Moukabaro ajoute : « certes, elle est abattue depuis la commission des faits, mais elle croit beaucoup en Dieu « .

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here