Share Button

– La presse a occupé l’essentiel des débats samedi dernier à l’assemblée nationale. Lors du vote du budget du ministère de la communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique, les parlementaires ont soulevé les difficultés que rencontre ce secteur, en particulier l’Agence de presse sénégalaise (APS).

La situation de l’agence de presse sénégalaise (APS) a été  soulevé comme l’exemple le plus patent des difficultés de la presse, durant la rencontre:« Il faut tout faire, pour améliorer les conditions de travail des journalistes de l’Aps. Ils n’ont même pas de caisse de sécurité sociale. Les agenciers doivent être alignés au même niveau que les journalistes du quotidien national,  Le Soleil et de la RTS », a souligné d’emblée Mame Bounama Sall, qui n’a pas  oublié aussi les misères de la presse privée.

«Il faut particulièrement aider les jeunes reporters qui souffrent énormément et qui ne bénéficient pas de l’aide à la presse octroyée aux groupes de presse », renchérit le député socialiste. Un constat qui a fait l’unanimité parmi tous les parlementaires. D’après eux, il y a une forme d’injustice à l’égard de l’APS.

Le député Abdoulaye Wilane n’a pas manqué de « rendre hommage à tous les journalistes, particulièrement à ceux du service public, grâce à leur excellent travail et leur professionnalisme ».

La Rédaction   Dakarmidi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here