Share Button
Un milicien anti-balaka, en 2014 à Guen,au nord de Bangui.

D’après un bilan encore non définitif, six volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine ont été tués la semaine dernière à Gambo, dans le sud-est du pays, par des hommes non identifiés.

« L’attaque a eu lieu le 3 août à Gambo, dans la préfecture de Mbomou, précise à Jeune Afrique Gérald Bikomdi, responsable de la communication à la Croix-Rouge centrafricaine. Mais nous l’avons appris seulement hier, à cause de l’absence de couverture téléphonique dans cette zone. »

« Nous ne connaissons pas exactement le nombre de victimes parmi les volontaires de la Croix-Rouge, mais il tourne autour de six personnes », a-t-il poursuivi. D’après un communiqué de l’organisation humanitaire, le président du comité local de Gambo et son trésorier général figurent parmi les victimes.

Un deuil de trois jours

Les assaillants n’ont pas encore été formellement identifiés, en raison de l’isolement de cette région qui abrite de nombreux groupes armés. « La presse locale rapporte qu’il y aurait eu au total entre 30 et 50 morts lors de cette attaque, mais nous n’avons pas plus de précisions », a indiqué Ananie Kulimushi, membre du Comité international de la Croix-Rouge à Bangui.

Face au drame, la Croix-Rouge centrafricaine a indiqué dans un communiqué avoir demandé à ses membres d’observer un deuil de trois jours, à compter du 9 août, « en mémoire de leurs vaillants collègues ».

Depuis plusieurs semaines, la Centrafrique est en proie à une recrudescence des violences entre groupes armés. D’après un décompte de l’AFP, au moins 45 personnes ont ainsi été tuées depuis début juillet et 7 000 se sont réfugiées au Cameroun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here