Cerné, enfoncé par ses collaborateurs… Vers l’inculpation de Khalifa Sall pour détournement de deniers publics

Share Button
Que le maire de Dakar se le tienne pour dit! Il risque d’être inculpé sous peu pour détournements de deniers publics. C’est ce qui nous revient de sources judiciaires. Et, ces canaux de dakarposte sont jusqu’ici réputés fiables. A preuve, votre site préféré a été le premier à ébruiter la convocation de Khalifa Sall devant les redoutés mais redoutables limiers de la Brigade des Affaires Générales (BAG).

Selon nos interlocuteurs, « rien ne disculpe Khalifa Sall » et pour cause? En examinant les comptes de gestion et les comptes administratifs de la Ville de Dakar durant la période considérée, les vérificateurs se sont arrêtés sur les mouvements de fonds concernant le chapitre 13 («Cabinet du maire») du compte 6490 («Dépenses diverses»). Les crédits affectés à ce compte servent à alimenter la caisse d’avance. Celle-ci est provisionnée à hauteur de 30 millions par mois. Ce qui porte le total de l’enveloppe à 1 milliard 830 millions de francs CFA pour 2011-2015.
L’Ige a relevé que ces fonds ont servi, officiellement, à l’achat de mil et riz. Les vérificateurs indiquent que durant 5 ans la Ville de Dakar a acheté mensuellement l’équivalent de 15 millions de chaque denrée auprès du Gie Keur Tabaar.
Pour le renouvellement du stock, le gérant des fonds présentait au receveur-percepteur municipal deux factures définitives et deux procès-verbaux de réception.Il s’est avéré que le Gie Keur Tabaar n’a jamais fourni du riz et du mil à la mairie de Dakar. Cette information aurait été confiée aux enquêteurs de la Dic par Mbaye Touré, le directeur administratif et financier de la Ville, Amadou Moctar Diop, coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux, Ibrahima Yatma Diao, le chef de la Division financière et comptable.
Ce trio a précisé lors de son audition que la caisse d’avance existe depuis 2003 à la Ville de Dakar. Les dépenses qu’elle supporte sont ordonnées par le maire lui-même. Ce qui expose Khalifa Sall et certains de ses collaborateurs à des soupçons de prévarication soulevés par l’Ige dans son rapport.
D’ailleurs, nos très réseautés confrères de libération ont révélé que la Division des investigations criminelles a bouclé l’enquête ouverte depuis le 7 février 2017 suite à la transmission d’un rapport de l’inspection générale d’Etat.

Les enquêteurs de la DIC sont formels: une association de malfaiteurs a été mise en place au coeur de la mairie pour détourner et escroquer des deniers publics sur la base de faux. Ce sont d’ailleurs ces délits qui sont visés dans le rapport transmis au Procureur de la République.

Des sources renseignent par ailleurs que le représentant du ministère public devrait demander la conduite à son parquet des mis en cause présumés, Khalifa Sall en premier. Les mêmes interlocuteurs annoncent que le Procureur Serigne Bassirou Guèye en personne, va organiser une conférence de presse pour édifier l’opinion sur les tenants et les aboutissants de ce dossier qui est loin de sentir le complot. La preuve en est que tous les éléments à charge émanent des proches collaborateurs de Khalifa Sall.

Comme l’écrivait Libération, le directeur administratif et financier a reconnu par écrit et ensuite devant les enquêteurs, que de fausses commandes de riz et de mil servaient à sortir 30 millions de francs CFA par mois pour alimenter la caisse du maire. Ainsi depuis 2009, 360 millions de francs CFA étaient soustraits annuellement des caisses de la mairie. Et une année, Khalifa Sall s’est offert un treizième mois en touchant 390 millions de francs CFA.

Au total, près de 3 milliards de francs sont mis en cause puisque la prédation présumée a commencé en 2009. Dans cette entreprise délictuelle, le DAF a pu compter sur son assistante qui utilisait les entêtes d’un GIE familial pour confectionner de fausses factures et de faux procès-verbaux de réception. Le responsable de la commission de réception a d’ailleurs confirmé le caractère fictif de ces commandes tout comme les magasiniers.

En définitive, ce n’est pas la gestion de la caisse d’avance qui est mise en cause mais le fait qu’on en use et en abuse pour la vider.

Mamadou Ndiaye

dakarposte

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here