Share Button
La faiblesse coupable de Macky fait butter les Sénégalais et piller leur pays, impunément
Il a fait très chaud à Saint-Louis ce début de semaine. Les populations ont saccagé et bravé les forces de l’ordre, pour manifester leur ras-le-bol de voir les gardes-côtes de la Mauritanie butter leurs enfants, sans suite. Elles se sont faites justice, parce que celui qui avait juré de protéger les Sénégalais n’a pas respecté son serment. Les Maures ont encore tué, après avoir arraisonné l’année dernière 108 pirogues et interpellé 930 pêcheurs sénégalais. Suite à ce meurtre, le ministre de l’Intérieur appellera son collègue de l’autre rive, qui le snobera. Informé de ce manque de considération notoire à l’égard d’un membre de son Gouvernement, Macky Sall est allé au-devant de son homologue mauritanien avec lequel il était à Addis-Abeba ; oubliant que c’est celui-ci qui devait le faire. Une faiblesse coupable, qui fait qu’Abdel Aziz a presque insulté le Sénégal en justifiant le crapuleux meurtre par « l’acte provocateur » des piroguiers, qui étaient dans la même embarcation avec le défunt pêcheur. Mais Macky, qui ferme les yeux sur l’esclavage en cours en Mauritanie, ne surprend pas ; puisque faible, il l’est aussi devant l’autre voisin : Alpha Condé, le président guinéen. Celui-ci avait fait main basse sur un village aurifère à la frontière dépendant du Sénégal. Macky avait laissé faire. C’est pourquoi Condé et Aziz n’ont aucune considération pour lui. Leur attitude à l’occasion de la tentative de forcing de Jammeh le prouve. Dans nos propres frontières il n’ose même pas aussi faire rechercher et arrêter Salif Sadio qui, non content d’assassiner des Sénégalais depuis des décennies, en est arrivé à clamer son autorité sur les forêts de la Casamance, dont il exige l’indépendance. Signer des décrets pour interdire la coupe du bois dans cette région du Sénégal n’est pas opératoire. Ce qui peut l’être c’est de faire face fermement à ceux qui tuent des Sénégalais, violent leur territoire et tentent de sous-estimer leur pays. Ce que ne peut faire un faible de caractère. C’est pourquoi avec Macky, le syndrome des affrontements entre le Sénégal et la Mauritanie, en 1989, peut bien refaire surface ; ceci d’autant que du pétrole et du gaz sont découverts à la frontière maritime des deux pays. Macky s’est empressé de signer un accord avec la Mauritanie, qui n’arrange pas le Sénégal, parce qu’impliqué dans le pétrole avec sa famille. Avec la Guinée, dont les populations continuent d’envahir impunément le Sénégal sans lui rapporter, le conflit est aussi latent. Un vrai chef doit avoir de l’autorité et être prévenant. C’est ce que les Sénégalais attendent de Macky depuis six ans, mais non qu’il dévalise le pays, tente de confisquer les libertés dans la perspective d’instaurer une dynastie ou être toujours entre deux avions pour aller discourir à l’Extérieur, mettant le Sénégal et sa population en danger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here