Frank Timis patauge toujours dans le pétrole sénégalais: sa société African Petroleum va refiler 70% de ses parts sur Sénégal offshore sud profond à un partenaire

Share Button

On croyait Frank Timis hors du pétrole sénégalais avec la vente de ses actions à Kosmos, sur les permis de Cayar et Saint-Louis offshore. Que nenni ! Le businessman australo-roumain a toujours la main bien trempée dans l’or noir sénégalais. Détenteur de 90% des parts du permis sur le bloc Sénégal Offshore Sud Profond (10% restant à Petrosen), sa société African Petroleum, sans capacité financière et expérience pour faire les travaux requis, mais qui ne veut pas perdre de son permis, comme celui sur Rufisque Offshore, cherche un partenaire pour lui refiler 70% de ses parts. Et elle aurait déjà trouvé un accord avec la britannique Cairn Energy, avec qui il négocie depuis avril et qui opère déjà avec succès dans la même zone.

Frank Timis patauge toujours dans le pétrole sénégalais: sa société African Petroleum va refiler 70% de ses parts sur Sénégal offshore sud profond à un partenaireLe patron de Timis corporation, évincé par Total de son permis Rufisque Offshore Profond, va rebondir sur Sénégal Offshore Sud Profond, avec African Petroleum, qui a trouvé un partenaire, dont l’identité est encore gardée secrète. 

En effet, incapable de faire les travaux prévus sur ce bloc, du fait de son manque d’expérience et de moyens financiers pour faire les investissements nécessaires, African Petroleum, une société junior australienne créée par Frank Timis, devait au plus vite trouver un partenaire, capable de faire les investissements et les travaux de forage.

En ce sens, et selon le site spécialisé Africa Energy Intelligence, elle était en négociation, depuis avril dernier, avec un partenaire, une «compagnie pétrolière cotée en Bourse» pour prendre 70% de son permis Sénégal Offshore Sud Profond, ainsi que sur ses blocs A1 et A4 en Gambie.

Une période d’exclusivité de huit semaines a été accordée audit partenaire pour se décider. Un partenaire tenu secret, mais qu’Africa Energy Intelligence a débusqué.

Cairn Energy, le sauveur de Frank Timis ?

Même si African Petroleum n’a pas communiqué sur l’identité de son partenaire, nos confrères d’Africa Energy Intelligence soutiennent que «ce partenaire mystère n’est autre que la société britannique Cairn Energy». A noter que celle-ci opère déjà dans les blocs Sangomar Profond, Sangomar Offshore et Rufisque Offshore, qui sont à proximité du permis d’Africa Petroleum.

Toutefois, les responsables des deux compagnies, contactés par le site spécialisé, n’ont souhaité confirmer ou infirmer l’information sur leur partenariat. Cairn est le partenaire idéal pour Timis. Car, en plus d’opérer déjà avec succès près du permis d’African Petroleum, la compagnie britannique a l’expérience de l’offshore profond.

Elle a foré au Sénégal pas moins de neuf puits sur son permis Sangomar Profond, mettant en évidence des réserves considérables dont l’ampleur exacte sera présentée à ses actionnaires, en août prochain. Les négociations prévoient que Cairn Energy finance deux forages à hauteur de 35 millions de dollars (20,5 milliards F Cfa) chacun et, potentiellement, deux autres puits au même coût.

African Petroleum était dans la même situation sur Rufisque Offshore Profond que l’Etat a finalement donné à Total

Frank Timis, actionnaire de référence d’African Petroleum, avait intérêt à trouver au plus vite un partenaire stratégique. Sans quoi, il ne serait pas à l’abri du même coup qu’il a subi sur Rufisque Offshore Profond. En effet, l’entrée de Total sur le permis géant Rufisque Offshore Profond s’est faite au dépens d’African Petroleum.

D’ailleurs, dès l’annonce de l’accord entre le Sénégal et Total, la société de Timis qui contrôlait jusque-là 90% du permis, a immédiatement sorti un communiqué à la Bourse de Melbourne (Australie), réfutant toute procédure d’éviction par les autorités sénégalaises. Mais, face à son incapacité à respecter les termes de la licence, le Sénégal a saisi l’occasion pour l’évincer au profit de Total.

African Petroleum devait faire un premier forage sur Rufisque en 2015, mais, faute de ressources suffisantes pour financer des travaux sur la zone, qui couvre des profondeurs allant de 1000 à 2000 mètres, la société n’avait cessé depuis deux ans de retarder l’échéance.

La seule activité d’African Petroleum sur Rufisque a consisté à retraiter une étude sismique 2D couvrant 1800 km2 commanditée en 2007 par Petrosen. Et le non-respect du programme de travail sur Rufisque Offshore justifie sans doute sa reprise. Espérons seulement que Frank Timis, qui ne rate jamais une occasion de défendre ses intérêts (C’est le cas contre le Burkina Faso), ne va porter l’affaire devant un tribunal arbitral. Même si, pour le moment, rien ne présage d’une telle tournure.

Vers le même scénario que sur Saint-Louis Offshore et Cayar Offshore ?

Frank Timis dont la société African Petroleum n’a pas les moyens et l’expérience de forage de puits en zone offshore profond, ne va-t-il pas refaire tout simplement le coup sur le gisement Tortue (Cayar offshore et Saint-Louis Offshore) ? C’est-à-dire trouver un partenaire stratégique à qui il va céder l’essentiel de ses parts et qui va faire les investissements à sa place (comme avec Kosmos sur Tortue). Et ensuite, au bon moment, il va vendre ses actions restantes à prix d’or (comme le cas avec Bp sur Tortue). Ce qui lui permettra d’empocher de gros bénéfices, comparés aux investissements qu’il aura faits.

En effet, selon Africa Energy intelligence, si on se réfère au prix du rachat d’une partie des actions de Kosmos par Bp, Frank Timis pourrait gagner autour de 200 millions de dollars (plus de 117 milliards de F Cfa) dans la vente de ses actions à Bp sur le même permis. Mais l’australoo-roumain tout comme l’Etat, n’ont pipé mot sur le montant de cette transaction.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here