Share Button

Cette logistique devra servir à renforcer la surveillance des frontières dans le cadre de la prévention contre les déplacements, les trafics illicites, entre autres.

« Il est important de renforcer le contrôle et la surveillance des frontières dans un contexte sous-régional marqué par le terrorisme, le crime organisé et les trafics en tout genre, notamment de migrants », a motivé l’ambassadeur de l’Union européenne au Sénégal, Joaquin Gonzalez-Ducay.

Pour leur part, les autorités sénégalaises, représentées par le général Meïssa Niang, préconisent « une approche concertée pour lutter contre le phénomène de l’insécurité frontalière ». A ce propos, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a procédé à une allocation de voitures, de motos et pour bientôt, de bateaux qui suivront.

Mais, pour le Général Niang, il reste des efforts à faire. Il a notamment exprimé les besoins de « brigades scanners mobiles » implantées le long des frontières par où passent le trafic de drogue, de migrants, la contrebande, et tous les autres trafics illicites.

La rédaction de leral.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here