Share Button

« Le président Obama a donné l’ordre de cesser l’activité en Iran, on n’a pas le choix », a déclaré vendredi 26 juillet, Carlos Tavares, directeur délégué de Renault, avec une certaine amertume. Faute de quoi, l’alliance Renault-Nissan serait interdite de vente sur le marché américain.

Après PSA (Peugeot Citroen), c’est au tour de Renault d’interrompre ses activités commerciales en Iran qui, tous les deux, détenaient une part très importante du marché local !

L’ordre fait suite au durcissement des sanctions contre Téhéran et a engendré une chute de 47,2% des ventes de voitures livrées en kit et assemblées en Iran, au premier semestre de l’anée 2013.

En quittant l’Iran, PSA a du renoncer à son premier marché à l’international, avait indiqué avec regret le délégué CGT de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, Jean-Pierre Mercier. Dans la foulée, Peugeot avait annoncé la suppression de 8 000 postes et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. « Pour le premier semestre 2012, on a constaté une baisse des ventes de 240 000 véhicules par rapport à 2011 », avait rapporté le délégué CGT d’Aulnay, avant d’ajouter que « ce chiffre comprenait les 200 000 véhicules que Peugeot aurait dû vendre en Iran. »

Le président de la Commission des finances du Sénat, Philippe Marini, s’alarmait fin juin de nouvelles sanctions américaines contre l’Iran qui allaient, selon lui, affecter durement les groupes automobiles français. En effet, la forte forte présence de l’automobile française en Iran « la place inévitablement au premier rang des victimes de cette mesure ». C’est pourquoi, il appelait les autorités françaises à obtenir de la présidence américaine une exemption pour la France ou l’engagement que les mesures prévues ne seraient pas mises en oeuvre à son encontre.

Le Parti Anti Sioniste s’interroge sur l’ambivalence du président Hollande qui, d’un côté promet de réduire la courbe du chômage avant la fin de 2013 et de l’autre, sacrifie ses ventes à l’international pour obéir au « diktat » américain sans se soucier des conséquences directes que ce sacrifice aura sur le peuple Français !

Il est décevant de constater, une fois de plus, que les décisions concernant la France ne sont plus prises à Paris mais à Washington, quand elles ne sont pas prises à Tel-Aviv !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here