Share Button

La bataille fait rage à Guédiawaye où le maire Aliou Sall et le président du Grand parti ne ratent plus une occasion de se lancer des piques et se dénigrer. Ainsi, prenant part samedi à un meeting organisé  par Aiïda Diop, coordinatrice du mouvement Yessal, à Golf Sud, l’édile s’est lâché sur son adversaire.  Auparavant, Aliou Sall a tenu à préciser que depuis 2012, il ne cesse d’essuyer des critiques acerbes de la part de l’opposition, mais qu’il n’a jamais voulu répondre. Ces bonnes résolutions semblent terminées, même s’il a tenté de dire le contraire. S’adressant d’abord à l’opposition, d’une manière générale, il a déclaré : « L’autre jour, il a fallu que j’éternue pour qu’il y ait autant de bruit. Je me suis dit : quand je tousserai, qu’adviendrait-il ? Je ne suis pas leur égal et ils n’ont qu’à le demander à l’opposition de Guédiawaye.  Je peux riposter car j’ai les moyens, mais ce n’est pas une bonne chose pour le président et le parti. D’ailleurs, les gens savent que je ne riposterai pas. Ils ne cessent de me provoquer en se disant que je ne vais pas riposter. »

Mais là n’était pas l’objet du propos du coordinateur de l’APR à Guédiawaye. En effet, c’est sur un tout autre ton, railleur, qu’il s’est prononcé sur le patron du Grand parti. Tout de go, il a affirmé qu’il n’y a plus d’opposant à Guédiawaye. « J’ai entendu dire que Malick Gakou est le coordinateur de l’opposition à Guédiawaye. Je lui ai dit : puisque tu représentes à Guédiawaye l’opposition, je vais être candidat et il a pris la clef des champs. Quand il a entendu des rumeurs faisant état du retrait de ma candidature, il est revenu’’, a raillé M. Sall. ‘’Dites-lui que ma décision est en suspension. S’il fait le fou, je vais revenir sur cette décision. Je suis sûr que s’il pouvait payer des milliards pour que je ne sois pas tête de liste, il allait le faire », a-t-il ajouté sur le même ton. Le maire de dire que même les plus petits champions de lutte de son écurie ne sont pas l’égal de Malick Gakou.

Se faisant plus sérieux, il a lancé : « S’il maintient sa candidature, il sera laminé dans ce département. » Sûr de sa victoire, Aliou sall souligne que tout ce qui devait être fait pour gagner cette ville l’a déjà été. Une élection, dit-il, ne se gagne pas sur deux mois, mais sur plusieurs mois et se gagne dans les quartiers, marchés et dans les daara. « Si l’opposition pense que les agitations médiatiques peuvent les aider à rattraper leur retard, ils se leurrent. Je dis toujours à Gakou de faire un bilan, secteur par secteur.  Il a été ministre du Commerce. Non seulement il n’a pas construit une seule boutique ou un marché à Guédiawaye,  mais il n’a pas recruté un seul jeune de Guédiawaye. Il a été ministre des Sports, il pouvait réfectionner les stades Amadou Barry ou de Ndiarème. Il pouvait même recruter un chef de cabinet qui habite à Guédiawaye, mais il ne l’a pas fait, parce qu’il est un complexé. Il ne l’a jamais fait. Il a été président du Conseil régional, le lycée Limamoulaye était en état de délabrement avancé. D’ailleurs, on m’a signalé qu’il avait bénéficié d’un financement pour ce lycée, mais on ne sait pas où est-ce qu’il est passé », a persiflé le président de l’Association des maires du Sénégal. Qui promet une défaite mémorable à l’opposition.

« Le poste de député ne m’intéresse pas, encore moins d’aller à l’Assemblée, car je suis député dans le cœur des habitants de Guédiawaye. Je vous demande de tourner la page de la candidature et d’ouvrir celle de l’ouverture de la campagne. Je suis plus que déterminé à défaire l’opposition et gagner les élections », a conclu un Aliou Sall optimiste.
Enquête

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here