Share Button
Edito : Macky met le Sénégal en faillite et le met sous perfusion, pour un 2ème mandat
Le régime se gargarise d’une croissance un peu au-dessus de 7%, mais évite de préciser qu’elle est une croissance extravertie ; puisque ne profitant qu’aux multinationales, françaises en particulier. On évite aussi de dire que sans l’Eurobond que l’Etat a contracté au début de cette année, on allait tout droit vers la cessation de paiement. Déjà le régime de Macky doit plus de 2 milliards d’arriérés de salaires à des travailleurs du ministère de la Pêche, qui menacent d’aller en grève. Le régime de Macky est toujours incapable d’honorer ses engagements pris devant des enseignants depuis 2014, dont le paiement des rappels. L’Eurobond qu’il attend est son seul espoir pour éviter la cessation de paiement. Mais cette manne est presque déjà consommée avant d’être encaissée. Car, outre les taux de rémunération à verser par l’Etat aux arrangeurs et au cabinet-conseil qui ont facilité cette dette, il faudra aussi liquider les factures des fournisseurs et d’autres services rendus, comme les 16 milliards dus aux instituts privés où étaient insérés 3000 étudiants, maintenant dans la rue. Dans ce registre, l’Etat a accumulé une dette intérieure de plus de 300 milliards. A cela s’ajoute son obligation de rembourser 80 milliards, chaque mois, pour sa dette extérieure. Ainsi de l’Eurobond tant attendu, il ne restera pas grand-chose. L’Etat a un problème de trésorerie, à cause de ses chantiers pas tellement prioritaires, mais qui versent plutôt dans la satisfaction d’ambitions politiques, comme l’autoroute Illa Touba pour séduire l’électorat mouride, et la satisfaction des intérêts de la France : la construction du Train express régional, l’achat de deux aéronefs, etc. C’est donc dire que malgré les 1200 milliards d’Eurobond, les jongleries du Trésor vont continuer, en attendant que le pétrole coule et que le gaz soit raffiné au Sénégal. Comme maintenant, le Trésor s’attachera à ne payer que les salaires, les dépenses stratégiques et les dettes extérieures arrivées à échéance, puisque le non-respect de cette dernière obligation peut nuire à la signature du Sénégal. Sous le Président Macky Sall, le budget du Sénégal constitué de 3000 milliards d’impôts et taxes récoltés sur le dos des Sénégalais ne profite qu’à 1% de la population : les fonctionnaires. Les 99% restants tirent le diable par la queue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here