Share Button
« Le pétrole est un domaine spécialisé et ceux qui en parlent le plus n’en savent rien du tout. Et ceux qui connaissent ne parlent pas. Parce que leur éthique et l’exigence de responsabilité dans ce secteur ne permet pas de tout dire. Je fais partie de cette génération de géologues qui ont travaillé, et avant nous d’autres, pendant plus de 50 ans. Nous avons fait toutes les capitales du monde pour accueillir toutes ces compagnies pétrolières qui se bousculent ici au Sénégal. Lorsque le bassin n’est pas attractif, il y a quelques « braqueurs » qui parcourent les pays et qui vont aller prendre des données et essayer de les vendre pour attirer des compagnies mineures. Voilà comment nous avons vécu pendant 56 ans. Plus de 500 milliards investis en perte. Sans la moindre découverte en dehors du petit puits de Gadiaga et de Diamniadio.
La recherche pétrolière est une activité sérieuse, qui est régie par une loi. Qui définit le cadre d’intervention, et personne ne peut se permettre de s’amuser en cette matière sur les conventions pétrolières. Aucun Gouvernement! Donc comment peut-on se réveiller et penser que l’on va donner le pétrole à Massamba ou Mademba ? Et on a le courage de le dire publiquement et à la limite importuner les sénégalais », s’est offusqué le Président Sall.
« J’ai entendu parler de plainte, ils peuvent aller au Pôle Nord porter plainte ou à la Planète Mars, mais il faut que le débat soit sérieux et tienne la route. Et quand ont dit que le Sénégal a perdu des milliards parce que l’on ne nous pas payé dans des transactions, c’est parce que l’on ignore comment fonctionne l’exploitation pétrolière. On ignore ce que dit la loi.
Mais dans tous les pays du monde, l’exploitation pétrolière du fait que c’est une activité très risquée, et à fort potentiel de capitaux, est une activité défiscalisée partout dans le monde. Quand on est dans la recherche, l’exploitation, il n’y a pas la moindre taxe à payer à l’Etat. Ce n’est que lorsque l’on commence à produire, dès la première goutte que l’on commence à payer tout. Venir dire au Sénégalais que l’on a perdu des centaines de milliards, dans des opérations, c’est manquer de respect aux gens. Nous sommes au Sénégal aussi, il faut accepter la liberté de dire ce que l’on veut même si c’est insensé », s’est-il résigné.
Aussi, le Chef de l’Etat d’inciter les nouveaux adhérents à se concentrer autour de l’essentiel.
« Nous devons faire en sorte que cette jeunesse puisse avoir un avenir prometteur. Que cette jeunesse puisse avoir un emploi et en travaillant sérieusement dans tous les secteurs. C’est ce que nous faisons dans le secteur industriel ». Aujourd’hui a-t-il rappelé, les ICS ont repris et la SONATEL aussi.
« La SENELEC en 2012, l’Etat a mis 105 milliards de subvention, c’est cela le progrès. Parce que la SENELEC vous vous rappelez les émeutes de l’électricité en 2011. C’était 913 heures de coupure, ce qui correspond à 1 mois et 10 jours sans électricité dans l’année. Nous avons ramené cela à moins de 73 heures de coupure. Il y a-t-il du progrès ou pas ? Voilà le débat. Mais il ne peut pas intéresser l’opposition, parce qu’elle est perdante à tout point de vue.  Voilà le débat que vous cadres ayant l’expertise pourraient porter et servir de relais à l’opinion »,  a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here