Share Button
  • La Fédération des Caisses de Crédit Mutuel du Sénégal (FCCMS) revient de loin. Après un passage à vide suite à plusieurs missions des autorités de contrôle notamment en 2008, 2012 et 2015 qui ont mis en évidence de nombreuses insuffisances au niveau de la Gouvernance et de la Gestion de l’Institution, les autorités, à travers, le Ministre de l’Economie et des Finances et du Plan, ont décidé de confier le gouvernail à Mamadou NDIAYE pour redresser la barre.
    Administrateur Provisoire depuis le 20 janvier 2017, le bateau semble sorti des zones de turbulence sous la houlette de ce cadre compétent de la BCEAO, qui ausculte chaque jour un réseau qui compte 219 points de service, dont 40 agences et 88 Guichets rattachés et permanences répartis sur l’ensemble du territoire national, à l’instar d’un sismographe.Détaché auprès du Gouvernement sénégalais en qualité de Conseiller Technique du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan depuis 2014. Economiste financier, spécialisé dans le domaine de la surveillance et du contrôle du secteur bancaire et de la micro finance, Mamadou NDIAYE capitalise plus de 20 ans d’expérience à la BCEAO. Il a occupé successivement les fonctions de Chef de Service des Etablissements de Crédit et de Microfinance à la Direction Nationale de la BCEAO, puis Chef de Service de la Règlementation des Etablissements de Crédit et de Microfinance au Siège de la BCEAO.
    Au lendemain de la tenue des Assemblées Générales de la Fédération des Caisses de Crédit Mutuel du Sénégal (FCCMS) le 31 Mars , Mamadou NDIAYE se livre dans cet entretien avec LEJECOS, dresse la cartographie du CMS et scrute l’avenir.
    Entretien
    Mamadou NDIAYE, Administrateur Provisoire du Crédit Mutuel Sénégal
  • Pouvez-vous nous présenter le Crédit Mutuel du Sénégal (CMS) ?

MN : La Fédération des Caisses de Crédit Mutuel du Sénégal (FCCMS) est un regroupement de 91 Caisses de base affiliées. Le réseau qui compte 219 points de service, dont 40 agences et 88 Guichets rattachés et permanences répartis sur l’ensemble du territoire national, utilise 1 281 salariés (873 Permanents et 408 intérimaires).
Au 31 décembre 2016, l’institution compte1 007 418 sociétaires, cela représente près de 40% des adhérents du secteur des Systèmes Financiers Décentralisés(SFD) au Sénégal.
Concernant l’épargne gérée, la collecte se situe à 155 milliards soit 54% de l’encours total du Secteur. En terme d’encours crédit, le CMS représente 34% du secteur des SFD au 31 décembre 2016.
Par conséquent, vous convenez avec moi qu’aujourd’hui le CMS est la première institution de microfinance du pays en termes de sociétariat et de volume d’épargne collectée.

  • Qu’est-ce que l’Administration Provisoire ?

MN : l’Administration Provisoire est une mesure conservatoire prévue dans la plupart des réglementations bancaires et financières. Elle consiste précisément en la désignation d’une personne généralement externe à l’entreprise, à qui sont transférés partiellement ou en totalité les pouvoirs des organes  de gestion et d’administration d’une institution. Cette mesure est prise par l’Autorité de tutelle ou le régulateur généralement,  en situation de crise, pour préserver les intérêts des épargnants s’il s’agit notamment d’une institution financière affectée. Son intervention est limitée dans le temps et encadrée par des termes de référence ou un mandat spécifique précisant ses attributions et sa mission. Dans l’UMOA, la mesure a été utilisée à plusieurs reprises dans le secteur financier. Pour le Sénégal, trois institutions de microfinance ont par le passé,  fait l’objet d’Administration Provisoire. Le CMS est la quatrième institution de microfinance  à être sous ce régime. L’Administrateur Provisoire agit sous la supervision d’un Comité de Suivi.

  • Qu’est ce qui a justifié la mise sous Administration Provisoire du CMS ?

MN : Il convient d’emblée de préciser que l’Administration Provisoire concerne la Fédération qui regroupe les 91 Caisses. Les dites caisses disposent chacune d’un agrément et ne sont nullement frappées par cette mesure.
Plusieurs missions des Autorités de contrôle notamment en 2008, 2012 et 2015 ont mis en évidence de nombreuses insuffisances au niveau de la Gouvernance et de la Gestion de l’Institution. A cela s’ajoute le non-respect du dispositif prudentiel, ce malgré les injonctions répétées aussi bien de la Commission Bancaire de l’UMOA que de la Direction de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés.
Considérant le poids du CMS dans le secteur des SFD et les enjeux socio-économiques au plan national et sous régional, le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, par décision N° 01193 du 20 janvier 2017, a mis la FCCMS sous Administration Provisoire et m’a nommé Administrateur.
Cette mesure, prévue par l’article 62 de la loi portant règlementation des SFD, vise essentiellement à préserver les intérêts des membres (adhérents / clients) du Crédit Mutuel du Sénégal. En prenant une telle décision, les autorités de tutelle  poursuivent deux objectifs, à savoir :

  • Mettre en œuvre les mesures d’assainissement portant sur la Gouvernance et la Gestion de la structure Faîtière;
  • Accélérer la mise en œuvre des recommandations émises par les autorités de contrôle.
  • Comment avez-vous entamé votre mission ?

MN : Dès ma prise de service, la priorité a été accordée à la communication et à  la sensibilisation sur l’Administration Provisoire à travers des rencontres avec les différentes parties (salariés, élus, partenaires).
A cet égard une tournée nationale a été organisée à travers tout le Réseau à l’effet de partager les nouvelles orientations et les attentes. Cela a grandement contribué à rassurer l’ensemble des parties.
En outre des mesures ont été prises à l’effet d’assurer le fonctionnement correct des instances de crédits et de manière générale le bon déroulement des activités et des opérations au sein des Directions et Services. En définitive cette tournée a permis d’affiner le diagnostic posé par les missions de contrôle et de recueillir les préoccupations des différentes composantes de l’institution. Cela a facilité l’élaboration du Plan d’Actions de l’Administrateur Provisoire.

  • Quels sont les grands axes de votre Plan d’Actions ?

MN : les dispositions réglementaires exigent de l’Administrateur Provisoire l’élaboration d’un Plan d’Actions dans le mois qui suit sa nomination. Dans le cas de la FCCMS, le Plan d’Actions que nous avons élaboré, validé par le Comité de Suivi de l’Administration Provisoire s’articule autour de sept (7) grands axes :le renforcement des fonds propres et le respect de la règlementation prudentielle, le cadre opérationnel , l’optimisation du  système d’information et la réorganisation comptable, la mise en place d’un dispositif de contrôle interne, la mise en conformité et l’amélioration de la gouvernance, la restructuration du cadre organisationnel et de la communication, la rationalisation budgétaire et la transparence.

  • Comment se porte la FCCMS après deux (2) mois d’Administration Provisoire ?

MN : Globalement les indicateurs d’activité se portent bien. Au 31 mars 2017, l’épargne gérée par la FCCMS s’élève à 160 milliards pour un sociétariat de plus d’un (1) million de membres et un encours crédit de plus de 109 milliards. De janvier à fin mars 2017, le montant des crédits octroyés s’élève à 25 milliards FCFA.
L’activité se porte bien et le CMS dispose à ce jour d’une trésorerie largement excédentaire qui fait l’objet de placements dans les différentes banques de la place.
Ces résultats résultent d’un climat social apaisé et d’une bonne mobilisation des équipes et des élus autour de l’Administration Provisoire dans la mise en œuvre du Plan d’Actions.

  • Vous venez d’organiser les Assemblées Générales de la FCCMS le 30 mars 2017. Quelles décisions majeures ont été arrêtées?

MN : La convocation de ces Assemblées Générales avait pour objet la mise à jour des textes internes de la Faîtière (Statuts, Règlement Intérieur et du Code de Déontologie de la Faîtière) prenant en compte les observations et recommandations formulées par les missions de contrôle de la Commission Bancaire de l’UMOA et de la DRS/SFD. Au préalable, plusieurs séances de travail ont été organisées pour sensibiliser les différents acteurs (techniciens et élus) sur la nécessité de la mise en conformité des textes internes.
En tant qu’Administrateur Provisoire de la FCCMS, je me réjouis des conditions dans lesquelles ces Assemblées se sont tenues. Une forte participation a été notée et les décisions prises l’ont été à l’unanimité ou avec une majorité très confortable. Des Résolutions de haute portée  historique ont été adoptées par les Assemblées Générales. Il s’agit  notamment :

  • au plan financier :

-du relèvement de la part sociale des Caisses auprès de la Faîtière ;
– de la souscription de parts sociales supplémentaires par les Caisses de base.

  • au plan de la Gouvernance :

– de l’instauration de critères pour le  choix du Président du Conseil d’administration de la Faîtière  et de celui du Conseil de Surveillance
– de la rotation de la Présidence du Conseil d’Administration entre les 7 secteurs avec l’institution du principe d’un mandat unique
– de la mise en conformité des textes de l’institution
Ces mesures devraient contribuer à améliorer la gouvernance  de la FCCMS  et d’améliorer sa situation prudentielle. Les décisions prises au niveau financier devraient se traduire par un doublement du score réalisé au titre du ratio de capitalisation qui pourrait autoriser à envisager le respect intégral de la norme d’ici à fin juin.

  • Qu’en est-il du sociétaire dans ce contexte d’Administration Provisoire ?

MN : Le sociétaire a toujours été et reste au cœur de la mission du CMS. C’est même sa raison d’être. Ma mission principale en tant qu’Administrateur Provisoire réside dans la préservation et la consolidation des intérêts des sociétaires qui sont les propriétaires de cette Institution.
Je tiens à signaler que durant tout le processus qui a abouti aux décisions prises par les Assemblées Générales, leurs attentes ont été prises en compte dans la mesure où toutes les décisions prises l’ont été par leurs mandants. Mon rôle et ma responsabilité ont consisté tout simplement  à convoquer ces assises et à faciliter leur déroulement.
Dans le Plan d’Actions que j’ai proposé, figure en premier lieu le cadre opérationnel pour la continuité de l’activité qui donne une place primordiale au sociétaire.

  • Quels sont les défis prioritaires de l’Administration Provisoire ?

Au-delà des points liés à la mise en conformité et à la Gouvernance d’entreprise pris en charge avec la tenue des Assemblées Générales et dont la mise en œuvre est en cours, trois chantiers prioritaires ont été identifiés :

  • la finalisation du projet de changement du Core-Banking (système d’information et de gestion) qui permettra de mieux  répondre aux besoins des sociétaires, aux exigences réglementaires et à relever le défi de la modernisation ;
  • la mise en place d’un dispositif conforme et performant de contrôle interne en vue de mieux maîtriser les risques;
  • la réorganisation comptable à l’effet de renforcer la fiabilité et la sincérité des comptes.

Le défi majeur sera d’assurer une synergie harmonieuse de ces différents chantiers intrinsèquement liés.
La réalisation de ces chantiers structurants requiert des ressources humaines de qualité et en quantité suffisante.
A ce jour, les avancées significatives notées dans le processus de redressement de l’Institution ont été réalisées avec le concours du personnel et des élus du CMS. C’est le lieu de les remercier pour leur sens élevé des responsabilités et l’esprit de dépassement dont ils font montre au quotidien.

  • Quelles sont les perspectives de la FCCMS ?

MN : l’Administration Provisoire s’inscrit dans un horizon temporel de six (6) mois renouvelable. Pour ma part, j’ambitionne de réaliser le Plan d’Actions dans le délai qui m’est imparti.
Au terme de sa mission, l’Administrateur Provisoire présente au Comité de Suivi un rapport final indiquant des propositions de redressement. Les axes de développement de la FCCMS pourraient s’articuler autour de la continuité de la collecte de l’épargne, de la production de crédits, de la mise en place des autres services (les transferts d’argent, les unités mobiles, la monétique, le SMS banking, le relooking de la gamme des produits et services…)
Nous comptons rétablir l’équilibre financier, à travers le respect de la norme de capitalisation, améliorer la Gouvernance et finaliser le processus de recrutement du Directeur Général.
Notre objectif est de parvenir à un niveau de réalisation satisfaisant permettant le rétablissement des organes de gestion et de surveillance dans les meilleurs délais.
Le CMS reste confronté à des défis majeurs liés aux attentes de ses sociétaires et aux mutations actuelles du secteur de la microfinance et du secteur financier en général.
A ce titre, des partenariats noués avec l’Etat, ses démembrements et d’autres acteurs permettront de consolider les acquis du CMS dans plusieurs domaines notamment :
la finance agricole par l’approche chaîne de valeur, l’accompagnement des besoins en équipement rural des agriculteurs, la protection des agriculteurs par la mise en place de produits d’assurance agricole en partenariat avec les compagnies d’assurance, la mise en place de produits d’épargne adaptés à ce segment de sociétaires…..
– le financement de type islamique pour lequel les premières expériences sont encourageantes. A cet égards, il me plait de souligner que dans le cadre du Projet PADEF-EJ et antérieurement à l’Administration Provisoire, le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan a mis à la disposition du CMS, une enveloppe de deux milliards  cent quinze  millions sur une enveloppe totale de quatre milliards cinq cent millions de francs CFA dédiée au secteur des SFD.. Ces ressources sont destinées au financement de l’entreprenariat des jeunes filles  et femmes.
la monétique : La satisfaction des sociétaires constitue de notre point de vue un sacerdoce pour le CMS. A cet effet, après obtention par le CMS des autorisations nécessaires auprès des autorités de tutelle, la mise à leur disposition de moyens de paiement modernes notamment les cartes GAB, le SMS Banking, le mobile Banking, la Banque en ligne participeront à coup sûr à la satisfaction de nos sociétaires et à la pérennité de l’Institution.
Toutes ces mesures seront prises en compte dans le prochain plan stratégique horizon 2020,  après évaluation de celui en cours.

  •  Votre dernier mot

Je voudrais solennellement remercier le personnel, les élus et l’ensemble des partenaires de la FCCMS pour leur collaboration et leur engagement à mes côtes en vue de relever les défis qui interpellent l’institution. Permettez-moi également de remercier le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan pour le choix porté sur ma modeste personne pour la conduite de cette mission.
Propos recueillis par Ismaila BA-Lejecos

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here