Share Button

L’économie Sénégalaise est illisible malgré les déclamations de l’actuel ministre des finances qui passe à longueur de journée à disserter sur un taux de croissance dont l’impact n’est nullement ressenti par ‘’l’homo-Sénégalensis’’. Depuis qu’il est à la tête de ce ministère pas une seule personne n’est capable de cerner les orientations du gouvernement vu que la paupérisation ne cesse de gagner du terrain. Encore une fois, l’émergence ne s’autoproclame pas, elle se construit à travers des objectifs mais surtout des stratégies claires et précises.

Un pays émerge en favorisant la création d’industries mais surtout en créant suffisamment d’emplois. On ne crée pas des emplois en empruntant de l’argent auprès des bailleurs de fonds pour l’injecter dans des mesures sociales telles que la bourse de la sécurité sociale ou la couverture maladie universelle. Son échec est si flagrant que nous n’avons point besoin de lunettes pour constater le grand bond en arrière qu’a connu le Sénégal depuis qu’Amadou Bâ a pris les manettes de ce ministère. Ceci est le résultat de la mauvaise orientation prise par l’argentier de l’Etat qui est plus préoccupé à sauvegarder son poste que de travailler dans le sens de l’intérêt général.

Celui en qui le chef de l’Etat a placé sa confiance pour gérer les finances publiques, c’est lui qui détruit tout le tissu économique. Sa principale vertu consiste à installer une compétition meurtrière entre les privés Sénégalais pour pouvoir faire son business sur le dos de ces derniers. Le plus déplorable dans cette situation, c’est qu’il ne cesse d’exhiber les emprunts qu’il contracte auprès des institutions internationales comme un trophée de guerre alors qu’il ne s’agit ni plus ni moins que de dettes que les générations futures devront payer du fait de son manque de vision manifeste.

Il est déplorable de constater que plus de 55 ans après notre indépendance qu’un ministre des finances, qui ne voit pas plus loin que son nez, continue de tendre la main au FMI et à la Banque Mondiale au moment où des pays qui sortent de graves crises électorales, comme le Rwanda, s’en passent. Tout cela, en réalité, n’a pour objectif que de camoufler l’impuissance de ce minable ministre des finances. Depuis notre indépendance, ces bailleurs de fonds nous appuient mais force est de constater que les Sénégalais deviennent de plus en plus pauvres.

Pour l’ancien Dg de la DGID, seules ses ambitions personnelles comptent. Son souci majeur est de succéder au président Macky Sall. S’il se pavane dans les salons les plus huppés de ces institutions, c’est certainement pour nouer le relationnel qui lui permettra, une fois sa volonté de briguer les suffrages des Sénégalais affirmée, de voir ces derniers le soutenir. C’est un travail de fourmi qu’il est en train d’accomplir. Le président Macky Sall doit bien surveiller ses arrières car Amadou Bâ travaille pour son propre compte. Il a des objectifs cachés. S’il se tue sur le terrain politique ce n’est ni pour le compte du président Macky Sall encore moins de l’APR mais pour pouvoir demain réclamer une légitimité électorale qui fera de lui un sérieux candidat à la présidentielle.

Avec la rédaction de Senegalinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here