Share Button

L’appel au dialogue du ministre de l’Intérieur n’est pas tombé dans les oreilles d’un sourd.

Pour le maire des Parcelles assainies, il n’est pas question de boycotter. Car, estime-t-il, «le boycott n’est jamais une solution à un problème quelconque».

«La nouvelle carte d’identité biométrique nous réunit nous tous : acteurs politiques et citoyens tout court. Car, nous avons un fichier électoral couplé carte d’identité nationale et carte d’électeur. Pour cette simple raison, je pense que nous devrions nous retrouver pour discuter. Il ne faut pas boycotter la table du dialogue, il faut répondre à l’appelle du ministre de l’Intérieur et au besoin, amender les points de l’ordre du jour qu’il proposera pour permettre aux Sénégalais de tourner la page cahoteuse de la confection et de la délivrance de ces cartes qui nous ont coûté 50 milliards de francs», a observé Moussa SY  qui trouve «que la meilleure chose à faire c’est que tous acteurs (politiques comme ceux de la société civile) aillent répondre à l’appel du dialogue du ministre de l’intérieur afin qu’ensemble, des corrections soient apportées aux imperfections notées par rapport à la confection et à la délivrance de ces cartes biométries».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here