Accueil A LA UNE Ces nouvelles règles qui peuvent changer le football 8 août 2017 ...

Ces nouvelles règles qui peuvent changer le football 8 août 2017 Partager Facebook Twitter formule qui change tous formule qui change tous La nouvelle formule des tirs au but, utilisée ce week-end en Angleterre, a montré que certaines lois du jeu pouvaient être améliorées. Selon vous, lesquelles mériteraient un bon lifting ? La saison vient à peine de reprendre qu’une nouveauté a déjà été constatée. Et ce n’est pas si souvent pour être souligné. En Angleterre, lors du Community Shield remporté dimanche par Arsenal contre Chelsea (1-1, 4 tab à 1), c’est une séance de tirs au but inédite à laquelle ont assisté les 83 325 spectateurs de Wembley. Mais pas seulement, car le monde entier a aussi découvert à cette occasion la nouvelle formule dite «ABBA», qui sera testée cette saison dans les divisions inférieures anglaises. Changer l’ordre des tireurs pour annihiler l’avantage offert à l’équipe qui frappait en premier, tel est l’objectif de ce nouveau système soutenu par la Fédération internationale (FIFA). L’instance planche également sur d’autres innovations, des nouvelles règles potentielles qui sont toutes censées améliorer le déroulement du jeu. Si certaines sont toujours à l’étude, d’autres restent pour l’instant à l’état de projets. C’est le cas par exemple pour la suppression partielle du hors-jeu. En novembre 2016, le président de la FIFA, Gianni Infantino, évoquait la possibilité d’un aménagement pour une règle régulièrement sujette à polémiques. «Pourquoi pas ? Aujourd’hui, il y a des systèmes GPS très perfectionnés, ça pourrait aider, avait estimé le dirigeant dans Le Parisien. On pourrait aussi décider d’appliquer le hors-jeu seulement à partir des 16 mètres.» Des concepts plus ou moins fantaisistes Parmi les autres idées émises par les experts en charge de moderniser le football de demain, il y a celle de l’expulsion temporaire, qui sera mise en place cette saison, encore dans les plus petites divisions en Angleterre. Comme au rugby ou au hockey-sur-glace, un joueur pourra être exclu pendant dix minutes, puis revenir ensuite sur la pelouse. Cette expérimentation exonérera les clubs volontaires de l’amende forfaitaire en cas d’avertissement. Autre test mené encore outre-Manche, depuis la saison passée : la possibilité pour les clubs qualifiés en quarts de finale de la Cup d’effectuer un quatrième remplacement, dans la prolongation. Intéressée par les bienfaits de cette solution à moindres frais, l’UEFA l’a déjà reprise et intégrée aux règlements de plusieurs de ses compétitions disputées cet été (Euro féminin, Euro Espoirs et Euro U19). «On doit toujours chercher des moyens de rendre le jeu plus dynamique et plus intéressant», déclaré Marco van Basten, en janvier dernier dans le quotidien allemand Bild. Nommé responsable du développement technique à la FIFA, au même titre que le Croate Zvonimir Boban, l’ancien attaquant néerlandais fourmille de concepts plus ou moins fantaisistes. Il croit beaucoup notamment à celui qui consisterait à remplacer la séance des tirs au but classique par une série de face-à-face avec le gardien, sur le modèle là encore du hockey-sur-glace. «Chacun aurait huit secondes pour tenter de marquer, (…) ce serait plus spectaculaire pour les spectateurs et plus intéressant pour le joueur», selon le triple Ballon d’Or France Football (1988, 1989 et 1992). Pour l’instant, c’est néanmoins la formule «ABBA» qui est privilégiée. Monsieur Felix Zwayer, arbitre de France-Espagne en mars dernier, s’était aidé de la vidéo. (F. Faugere/L’Equipe) Récemment, l’International Board (IFAB) lui-même, qui régie les lois du jeu, s’est exprimé publiquement sur ses projets d’avenir. Son directeur technique, David Elleray, a notamment évoqué la possibilité d’accorder un but de pénalité, «qui serait validé lorsqu’un joueur de champ arrête le ballon de la main alors qu’il allait franchir la ligne de but», a expliqué le spécialiste dans le quotidien anglais The Times, en juin. Toutes ces pistes de réflexion seront étudiées lors de la prochaine Assemblée générale de l’IFAB, tenue en mars 2018. Et quoi d’autre ? Inspiré de différents sports… En attendant, après l’instauration progressive de l’assistance vidéo à l’arbitrage dans plusieurs championnats, ainsi que pour les matches internationaux, quelles autres nouveautés pourraient bientôt voir le jour ? Nous vous en proposons quelques-unes, fruits de notre imagination. En s’inspirant d’autres sports toujours, le retour en zone pourrait être adapté au football. L’équipe en possession du ballon aurait l’interdiction de revenir dans son propre camp, sous peine de devenir le rendre à l’adversaire. Cela aurait pour buts de favoriser le jeu d’attaque, d’augmenter le nombre d’occasions et de rendre les matches plus spectaculaires. Comme c’est déjà le cas en futsal, les touches au pied, plutôt qu’à la main, pourrait être instaurées. Ça accélèrerait le jeu, exactement ce que la FIFA veut. Pourquoi ne pas aussi réduire le nombre de joueurs ? À dix plus plutôt qu’à onze… Ça offrirait plus d’espace aux deux équipes et, là encore, aurait pour première conséquence de produire des matches plus ouverts. Mais ça obligerait les joueurs à fournir aussi plus d’efforts. À l’instar du rugby, le temps effectif des rencontres pourrait donc être réduit à 80 minutes. Pures hypothèses ou réels axes de travail ? Le débat est ouver

100
0
Share Button
formule qui change tous
La nouvelle formule des tirs au but, utilisée ce week-end en Angleterre, a montré que certaines lois du jeu pouvaient être améliorées. Selon vous, lesquelles mériteraient un bon lifting ?

La saison vient à peine de reprendre qu’une nouveauté a déjà été constatée. Et ce n’est pas si souvent pour être souligné. En Angleterre, lors du Community Shield remporté dimanche par Arsenal contre Chelsea (1-1, 4 tab à 1), c’est une séance de tirs au but inédite à laquelle ont assisté les 83 325 spectateurs de Wembley. Mais pas seulement, car le monde entier a aussi découvert à cette occasion la nouvelle formule dite «ABBA», qui sera testée cette saison dans les divisions inférieures anglaises. Changer l’ordre des tireurs pour annihiler l’avantage offert à l’équipe qui frappait en premier, tel est l’objectif de ce nouveau système soutenu par la Fédération internationale (FIFA). L’instance planche également sur d’autres innovations, des nouvelles règles potentielles qui sont toutes censées améliorer le déroulement du jeu.

Si certaines sont toujours à l’étude, d’autres restent pour l’instant à l’état de projets. C’est le cas par exemple pour la suppression partielle du hors-jeu. En novembre 2016, le président de la FIFA, Gianni Infantino, évoquait la possibilité d’un aménagement pour une règle régulièrement sujette à polémiques. «Pourquoi pas ? Aujourd’hui, il y a des systèmes GPS très perfectionnés, ça pourrait aider, avait estimé le dirigeant dans Le Parisien. On pourrait aussi décider d’appliquer le hors-jeu seulement à partir des 16 mètres.»

Des concepts plus ou moins fantaisistes
Parmi les autres idées émises par les experts en charge de moderniser le football de demain, il y a celle de l’expulsion temporaire, qui sera mise en place cette saison, encore dans les plus petites divisions en Angleterre. Comme au rugby ou au hockey-sur-glace, un joueur pourra être exclu pendant dix minutes, puis revenir ensuite sur la pelouse. Cette expérimentation exonérera les clubs volontaires de l’amende forfaitaire en cas d’avertissement. Autre test mené encore outre-Manche, depuis la saison passée : la possibilité pour les clubs qualifiés en quarts de finale de la Cup d’effectuer un quatrième remplacement, dans la prolongation. Intéressée par les bienfaits de cette solution à moindres frais, l’UEFA l’a déjà reprise et intégrée aux règlements de plusieurs de ses compétitions disputées cet été (Euro féminin, Euro Espoirs et Euro U19).

«On doit toujours chercher des moyens de rendre le jeu plus dynamique et plus intéressant», déclaré Marco van Basten, en janvier dernier dans le quotidien allemand Bild. Nommé responsable du développement technique à la FIFA, au même titre que le Croate Zvonimir Boban, l’ancien attaquant néerlandais fourmille de concepts plus ou moins fantaisistes. Il croit beaucoup notamment à celui qui consisterait à remplacer la séance des tirs au but classique par une série de face-à-face avec le gardien, sur le modèle là encore du hockey-sur-glace. «Chacun aurait huit secondes pour tenter de marquer, (…) ce serait plus spectaculaire pour les spectateurs et plus intéressant pour le joueur», selon le triple Ballon d’Or France Football (1988, 1989 et 1992). Pour l’instant, c’est néanmoins la formule «ABBA» qui est privilégiée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

>