Ouganda: le porte-parole de la police abattu devant son domicile à Kampala

Share Button

Les enquêteurs de la police ougandaise sur le lieu de l’attaque contre le porte-parole de la police, à Kampala, le 17 mars 2017.

Vive émotion à Kampala après le meurtre ce vendredi 17 mars au matin de Felix Kaweesi, l’un des bras droits de l’inspecteur général de police Kale Kayihura. Il était aussi le porte-parole de la police ougandaise récemment nommé à ce poste. La police n’a pour l’instant pas fait de commentaire. Elle a seulement confirmé sa mort.

Plusieurs dizaines de voisins sont entassés derrière des rubans jaunes indiquant « scène de crime ». Quelques-uns sont en pleurs, d’autres visiblement encore très choqués. La voiture de Félix Kaweesi est arrêtée sur la piste en terre rouge qui mène à sa maison, les indicateurs clignotants de sa voiture de fonction sont toujours en marche. On peut voir plusieurs impacts de balles dans le pare-brise.

Les enquêteurs de la police scientifique, tout de blanc vêtus, ont placé de petits drapeaux colorés autour de ce qui pourrait être des preuves. Un témoin de la scène décrit deux hommes sur deux motos. Ils seraient venus au contact de la voiture de Félix Kaweesi. Ce témoin a vu ces deux hommes ouvrir le feu de manière précise et méthodique sur les occupants de la voiture, tuant Félix Kaweesi, son chauffeur et son garde du corps.

Le général Tumukunde, le ministre de la Sécurité, a fait une brève apparition sur les lieux du crime. Il a assuré que ce meurtre présente des spécificités qui semblent le signer, sans vouloir en dire plus.                                                                                                                                                                                                                                                     Avec Jeuneafrique.com

PARTAGER