Share Button

Deux mois, jour pour jour, après son départ du gouvernement, sa démission fracassante de l’Apr (finalement refusée par le Président Macky Sall), et sa disparition complète de tous les radars (télé, radio, journaux, réseaux sociaux), l’ancien Secrétaire d’État à la Communication, invisible même à Dakar, est réapparu.

À l’improviste, dans Facebook, un terrain qu’il connaît très bien, lui qui est sans nul doute le plus connecté de la galaxie présidentielle.

Toujours anticonformiste, l’ancien journaliste et amoureux des beaux textes et des grandes plumes classiques, s’est signalé avec un selfie sur lequel il apparaît avec une mine rajeunie et son fils, vraisemblablement à l’école de ce dernier, et un post dans lequel il laisse la parole à Shakespeare :

«Je me sens toujours heureux, vous savez pourquoi ? Parce que je n’espère rien de personne. Espérer fait toujours mal.

Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution. Le seul qui ne se résolve pas, est la mort.

La vie est courte, alors aimez-la !

Vivez intensément et rappelez-vous :

Avant de parler… écoutez !

Avant d’écrire… pensez !

Avant de critiquer… regardez-vous !

Avant de frapper… calmez-vous !

Avant de prier… pardonnez !

Avant de dépenser… gagnez !

Avant de baisser les bras… essayez !

Avant de mourir… vivez ! »

Un post qui a immédiatement provoqué beaucoup de réactions (like et commentaires), et celles de l’intéressé.

En effet, à un de ses camarades de parti qui lui fait remarquer qu’il a une belle mine (« Grand temps yagui lérr »), l’ancien ministre, adepte de belles formules choc, dit : « Ce sont les effets de la désintoxication… politique ».

 

Cependant, Yakham Mbaye rassure un autre camarade qu’inquiète l’hibernation de ce battant de Macky Sall : « Merci pour ces mots qui me touchent. Rassure-toi, je ne suis pas en hibernation. Et jamais je ne me lasserai de défendre mon Président ».

 

Un post, un selfie et des commentaires que d’aucuns ne manqueront pas d’analyser diversement.

 

Sacré Yakham Mbaye !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here