Share Button
La polémique sur l’affaire portant sur la fuite au baccalauréat concernant l’épreuve de philosophie est loin de connaitre son épilogue. L’office du Bac qui avait annoncé une plainte contre X sur ce srumeurs a éxécuté ses menaces.

A noter que les 147 607 candidats répartis de 475 jurys et 350 centres approximativement, se sont penchés le mercredi 6 juin, sur les épreuves anticipées de philosophie. Mais  des sources confient que des professeurs de Philosophie à Dakar, Diourbel et dans le Sud du pays, auraient été interpellés par les potaches pour la correction du sujet n°1 du Bac 2017 : « la connaissance conduit-elle nécessairement à la liberté ? ».

Les élèves se sont appropriés rapidement du sujet n°1 à la veille des épreuves par le concours des réseaux sociaux. Le réseau social, WhatsApp, a été mis à contribution par les potaches pour favoriser la disponibilité du sujet. « Après la rupture du jeûne, un groupe d’élèves m’a proposé le sujet n°1 pour correction, alors que je sortais du lycée. Un autre élève m’a montré ce sujet qui lui a été envoyé par WhatsApp, sous format photo d’un papier. Je les ai éconduits »,  confiait un professeur d’un lycée à Dakar qui a préféré garder l’anonymat.

Avec Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here