Share Button

– Apres l’annulation de la présidentielle au Kenya, les citoyens sont retournés voter une seconde fois. Seulement en plus d’un faible taux de participation, des heurts ont éclaté dans une zone favorable à l’opposition. Ainsi les échauffourées avaient empêché aux bureaux d’ouvrir dans la zone de Kibera car, des manifestants ont barré la route en brulant des pneus. Les forces de l’ordre ont dû recourir à des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. En effet, le chef de l’opposition, Raila Odinga qui s’était retiré de la course à la présidentielle avait du même coup appelé au boycott du scrutin.

Un jeune de 19 ans est décédé des suites de ses blessures et il y aurait encore beaucoup de blessés selon des sources hospitalières concordantes. Des votants ont été agressés dans la partie de Mathare qui avait enregistré des violences lors de la présidentielle annulée.

Le Président sortant Uhuru Kenyatta a reconnu la violence dans certaines parties du territoire mais pour lui cela ne devrait pas invalider le scrutin. La police a dû escorter les membres de la commission électorale pour les sécuriser. Uhuru Kenyatta ne voit aucun inconvénient sur la réserve des non votants et place tout dans le cadre de la démocratie :
“le Kenya prouve qu’il est ne démocratie en train de devenir mature. Il a prouvé qu’il pouvait organiser une présidentielle, une annulation, l’accepter, donner aux gens la possibilité de retourner aux urnes. Nos institutions sont plus mures, et je crois que c’est ce chemin que tous les pays africains devraient rechercher”, Conclut-il.

La Rédaction    Dakarmidi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here