Share Button

Il y a encore quelques mois, il était derrière les barreaux à Zenten, il pourra peut-être devenir le futur président de la Libye.

Saïf-Al Islam, pourrait en effet participer à la présidentielle prévue théoriquement pour la mi-2018 dans son pays.

L’annonce de sa candidature éventuelle a été faite par le porte-parole de la famille kadhafi et chef tribal libyen, Bassem al-Hashimi al-soul. Ce dernier a fait savoir que l’ex prisonnier de Zenten bénéficiait du soutien des principales tribus libyennes. Et qu’il entendait, une fois élu, imposer davantage de sécurité et de stabilité en conformité avec l’ensemble des factions libyennes.

Saïf -Al Islam devra notamment soigner son image, au regard de son implication dans la repression des manifestants du soulèvement qui avait eu raison du régime de son père. Il promettait notamment un fleuve de sang dans son pays à l‘époque.

Il lui faudra aussi régler le cas CPI, la Cour Pénale Internationale le réclame en effet pour son rôle dans la répression du printemps arabe. Ses avocats avaient demandé à la CPI en 2016 d’abandonner les poursuites au motif que leur client a été jugé et condamné dans son pays.

Arrêté le 19 novembre 2011, SaIf -Al Islam a été libéré 6 ans plus tard par les autorités de Zenten avant de bénéficier de l’amnistie décrétée par le gouvernement parallèle de Tobrouk.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here