Radiothérapie de Dantec contre Bénévolat anesthésiant la douleur de tout peuple

Share Button

Il faut le dire d’emblée après une profonde réflexion sur la situation politico-sociale de notre pays. Le bénévolat affiché pour prendre en charge des malades de cancer, en réaction de la panne de l’unique machine de radiothérapie de l’hôpital Le Dantec, anesthésie le mal de tout un peuple et encourage tout régime au détournement de biens publics. C’est irresponsable et décevant que l’état veuille s’appuyer sur ce bénévolat au lieu d’assumer sa négligence de la santé publique et prendre ses responsabilités, lorsqu’on entend la ministre de la santé Awa Marie Coll Seck, sur la défensive, se satisfaire de ce bénévolat citoyen lors d’un point de presse où il était plus question de politique politicienne que d’annoncer des mesures idoines pour remédier à cette urgence. C’est une honte que la ministre de la santé, pour couvrir l’échec de l’état en santé publique, dise à l’opinion publique « est-ce que le Mali ou tel autre pays a honte de venir se soigner au Sénégal ? » pour justifier le fait de devoir évacuer nos malades de cancer au Maroc. Ce n’est pas une raison pour justifier cette négligence de l’état du Sénégal.

J’hésitais à exprimer cette idée à cause du côté moral de l’aide à apporter aux malades de cancer et aux enfants qui étudient sous un millier d’abris provisoires au Sénégal (surtout en #Casamance où il existe presque 50% de ceux-ci). Mais par honnêteté, il faut le dire !

Il faut exiger ces minimums vitaux (santé, éducation et garantie d’accès durable aux besoins de 1ère nécessité) et non payer à la place de l’état pour évacuer nos malades ou construire à sa place des salles de classe. Juste la présidence a un budget annuel de 200 milliards dont 7 milliards ou plus qui reposent dans la #Caisse Noire qui appartiennent au peuple sénégalais mais souvent utilisés comme fonds politiques. Sans oublier les 7 milliards récemment débloqués pour Tanor Dieng et sa bande de « hauts conseillers » ni le train de vie indécent de l’état du Sénégal ni celui des députés qui ne servent absolument à rien au peuple sénégalais.

Par principe, je ne mettrais pas la main à la poche en tant que citoyen pour payer ou aider l’état à évacuer nos malades ni pour construire bénévolement des salles de classe pour sortir nos enfants des abris provisoires parce qu’on doit EXIGER cela à l’état du Sénégal dans l’immédiat puisque tout lui a été donné (trésor public, armée et justice) et qu’il s’amuse même à dépenser n’importe où et n’importe comment l’argent public.

On ne va pas payer des impôts et des taxes à tout va tout au long de l’année pour financer et le train de vie de l’état (salaires et privilèges) et des projets de luxe non demandés par les populations sinon pour le propre prestige et la gloire du président et en plus revenir pour débourser à leur place de l’argent pour évacuer nos malades.

Les populations doivent plutôt exiger que l’état assume ses responsabilités en prenant en charge nos malades de façon immédiate et sans condition au vu de leur irresponsabilité qui nous a mené à cette situation. Depuis Avril 2016, la panne de la machine de radiothérapie était incessamment dénoncée par des associations et des citoyens.

Cheikh Abboul Abass Ahmada Tidiaaniy disait : « FU AM BUDGET BU FA KENN DEFF BÉNÉVOLAT » (reprise ainsi par son Toureundo Al Maktoum) parce que « DARRA DU KO RAW CI GNAKKEU FAYIDA ». Il faut que le peuple cesse d’être sentimentaliste à l’égard de sujets dont sont totalement responsables les élus et prendre la « cravache » pour éduquer ces derniers et surtout les obliger à lui vouer respect en commençant enfin à se préoccuper de ses préoccupations vitales, physiologiques.

 

Aboubakrine Ndiaye
Citoyen sénégalais

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here