Share Button
 Recettes, maquillage, shopping, conseils pratiques, spiritualité, lecture, activités manuelles… Via sa série de vidéos spécial Ramadan, la Youtubeuse Asma Fares partage ses différentes routines du mois saint avec des milliers d’internautes.

L’évènement Get Beauty Paris 2017, a réuni le 3 juin les plus grandes Youtubeuses et influenceuses mode et beauté . Parmi elles, la Franco-tunisienne de 38 ans Asma Fares, maquilleuse professionnelle, mère de trois jeunes enfants et férue des réseaux sociaux.

En plus de Google+, Pinterest, Snapchat et Twitter, elle est aussi très suivie sur Instagram (près de 85 000 fans) et Facebook (plus de 82 000). Ses vidéos, qu’elle a commencé à publier sur Youtube début 2012, lui valent aujourd’hui chacune des dizaines de milliers de vues et quelque 233 500 abonnés sur la plateforme.

« Avant de commencer à faire mes propres vidéos, je suivais déjà plusieurs Youtubeuses voilées, américaines et anglaises, en me demandant pourquoi aucune ne s’était encore lancée en France. Et c’est pourquoi j’ai décidé de m’y mettre, en me disant que j’avais des choses à partager dans ce domaine », explique Asma Fares à Jeune Afrique. Elle est ainsi devenue l’une des premières Youtubeuses voilées mode et beauté du pays.

Inspirée des « feuilletons du bled »

Avec une vidéo Ramadan’Up publiée tous les deux jours en moyenne, elle plonge les internautes dans son quotidien ramadanesque, des courses en ville aux 5 livres à lire pendant le Ramadan, en passant par la routine beauté pour le Ramadan et l’Aïd, des recettes ou encore un atelier dédié à la fabrication d’un calendrier du Ramadan pour les enfants…


« Pendant le Ramadan, je ne regarde plus du tout les chaînes françaises. À la maison, on est plongés dans l’ambiance avec les chaînes tunisiennes », raconte Asma Fares. « C’est la quatrième année que je fais des vidéos sur le Ramadan, et avec cette série, je voulais recréer et véhiculer un peu cette ambiance dans le style « feuilletons du bled » ».

Une ambiance spéciale, ressentie d’ailleurs d’avantage en Tunisie qu’en France, souligne-t-elle. « Je me souviens de mes Ramadans à Tunis, chez ma grand-mère, à l’âge de 10-11 ans : les préparatifs pour l’Aïd, les sorties au souk, les bonnes odeurs, les rubans dans les cheveux, les appels à la prière… »

                      Aujourd’hui, le Ramadan représente pour cette maman « la spiritualité avant tout, et la famille bien sûr ». Mais c’est aussi l’occasion de « se recentrer sur ses priorités ». Ce qu’elle ne manque pas de partager dans ses vidéos, qu’elle met plusieurs heures à tourner, monter et publier (environ 6 heures pour une vidéo d’une dizaine de minutes).

Une « femme voilée, engagée, libre et active »

Née à Tunis et installée en France – à Marseille – depuis ses huit mois, elle insiste néanmoins : « Il ne s’agit pas d’une chaîne musulmane mais d’une chaîne beauté à destination de toutes les Femmes, avec un grand F. » Riche de ses deux cultures, elle veut ainsi montrer qu’on peut être une « femme voilée, engagée, libre et active » tout en alliant religion et féminité. « La beauté n’a pas de frontières », rappelle-t-elle d’ailleurs sur sa chaîne Youtube.

« Je reçois aussi des commentaires de femmes non voilée, athées, chrétiennes, etc. qui apprécient mes vidéos et s’intéressent à mes conseils beauté, au port du hijab ou encore à ce que j’ai à dire sur ma religion. » Car c’est aussi l’objectif : « Changer les mentalités, briser les clichés, échanger. »

Et à ceux et celles qui se demandent si une femme « a le droit » de se maquiller pendant le mois saint – question qui lui est souvent posée, avec parfois son lot de critiques –, Asma Fares répond : « Personnellement, je n’ingère pas mon maquillage donc tant que rien n’entre dans ma bouche je ne vois pas où est le problème. Après, chacun a sa façon de voir les choses… »

En 2015, la Youtubeuse avant poussé un coup de gueule contre les grandes marques de mode et de produits de beauté qui boycottaient, selon elle, les blogueuses voilées. Les choses ont-elles changé depuis ? « Pas vraiment… Disons que des grandes marques nous approchent un peu plus, mais en restant discrètes. Elles peuvent nous envoyer des produits ou nous inviter à des événements, mais elles évitent de nous montrer. »

En attendant une évolution à ce niveau, pas de temps à perdre. De nouvelles journées chargée attend cette super-maman hyperconnectée, face et hors caméra !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here