Share Button

NOTE TECHNIQUE SUR LA MALADIE A VIRUS EBOLA
La RDC vient de déclarer une épidémie de maladie à virus Ebola apparue le 3 Mai 2018 où 21 cas suspects ont été répertoriés et 17 décès communautaires recensés. Suite  aux prélèvements effectués, 02 cas positifs à la maladie ont été confirmés.
Il est à noter que la maladie à virus Ebola est due à un virus qui appartient à la famille des filovirus.  Après une incubation de 2 à 21 jours, il provoque une maladie hémorragique très contagieuse avec une forte létalité  allant de 25 à 90 % des cas).  Il n’y a pas de vaccins actuellement éprouvés  ni médicaments contre ce virus. Pour rappel, ce virus est apparu pour la première fois en 1976, simultanément en RDC et au Soudan. La dernière épidémie dans la sous- région remonte à celle survenue en Guinée en 2014 et notre pays avait d’ailleurs  connu un cas importé déclaré le 29 août 2014 mais guéri et la fin de l’épidémie a été notifiée par l’OMS  le 9 octobre 2014.
TRANSMISSION DE LA MALADIE
L’Hôte naturel du virus est la chauve-souris qui l’héberge sans tomber malade .L’homme et certains animaux comme les singes, les antilopes et les porcs épics hébergent accidentellement le virus.
La transmission chez l’homme se fait par :
a.    Contact étroit avec les animaux infectés ou leurs sécrétions (la viande,  le sang, les urines…)
b.    Contact direct avec les malades (toucher de la peau, des vêtements…)
c.     Contact avec les excrétions ou sécrétions des malades (sang, vomissure, fèces, sueur, salive, urine, sperme…)
d.    Contact avec les dépouilles mortelles des malades (rite funéraire, toucher du corps…).

v Les manifestations cliniques sont souvent faites de :
a.    fièvre brutale
b.    saignements (des yeux, du nez, de la bouche, vomissure sanglante, diarrhée sanglante…)
c.     faiblesse intense
d.    douleur musculaire
e.    éruption cutanée
f.      vomissement
g.    diarrhée
h.    etc…
5-PREVENTION
v Réduction de l’infection par les animaux :
§  ne pas toucher les animaux suspects
§  bien cuire la viande
§  Assurer une surveillance virologique des animaux porteurs
v Réduction du risque de transmission interhumaine :
§  Éviter tout contact direct avec les malades et leurs sécrétions
§  Isoler les malades
§  Porter un matériel de protection adapté lors de l’administration des soins
§  Organisation sécurisée des manipulations des corps et des enterrements
Au Sénégal, cette maladie est sous surveillance dans notre système de santé en même temps d’ailleurs que toutes les autres fièvres hémorragiques. Il est aussi à noter que grâce à l’Institut Pasteur de Dakar, les prélèvements suspects bénéficient d’un traitement diligent.
Enfin tous les agents de santé sont outillés dans la surveillance pour une détection rapide de toute fièvre hémorragique virale et ce dans toutes les régions du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here