A general view shows the headquarters of the African Union (AU) building in Ethiopia's capital Addis Ababa, January 29, 2017. REUTERS/Tiksa Negeri - RC1D016AA660
Share Button
 

L’exigence de la légalisation des actes publics est un parcours du combattant auquel nos compatriotes de la diaspora sont confrontés au quotidien. Pour obtenir un document d’état-civil ou administratif, ces Sénégalais perdent en temps et en argent: 15 750 francs pour les documents d’état-civil comme les certificats de mariage, décès, acte de naissance et 24 275 francs pour un document administratif comme le casier judiciaire. A cela s’ajoute que ces documents doivent être authentifiés par le ministère des Affaires étrangères et traduits dans la langue du pays d’accueil du demandeur. C’est le même casse-tête pour les entreprises sénégalaises souhaitant étendre leurs activités dans la diaspora.

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur avait été directement interpellé sur la question par le Réseau Sénégal Italie Diaspora (RESID) dans un courrier datant du 9 octobre 2017 que la rédaction de Yérimpost a parcouru. Pour l’heure, cette interpellation est restée sans effet, nous informe le président dudit réseau joint par votre blog préféré. Qu’attend le Sénégal pour signer la Convention Apostille de La Haye pour simplifier la vie à ses ressortissants basés à l’étranger ? Quand bien même il n’en est pas signataire, faut-il rappeler à nos autorités que le Sénégal est membre de la Conférence de La Haye de droit international privé ? A ce titre, il peut être signataire de cette convention à l’instar d’un pays voisin comme le Cap-Vert.

Et il le faut. L’enjeu est de taille. Il s’agit de faciliter l’activité d’un puissant pourvoyeur de richesses: la diaspora. L’Italie, à la date du 31 décembre 2016, selon le ministère italien de l’Intérieur, comptait 101 207 Sénégalais en situation régulière. Le ministère italien des Finances indique que, pendant les 12 mois de cette année, le transfert d’argent de l’Italie vers le Sénégal se chiffrait à  274 712 000 euros, soit 180 211 072 000 francs cfa (Source: Dossier sur l’Immigration 2017).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here