Share Button

Au Sénégal le constat unanime est que le service public est de piètre qualité. Pour s’en convaincre, il suffit seulement de vouloir effectuer des démarches administratives pour l’obtention d’un papier. C’est la croix et la bannière pour les usagers qui sont obligés le plus souvent, de mettre la main à la poche alors que c’est leur droit le plus absolu.

Malheureusement, ces fonctionnaires qui devaient faire preuve de célérité, de courtoisie et de disponibilité envers les citoyens semblent n’en avoir cure et se comportent comme bon leur semble. Pourtant ces travailleurs payés par l’argent du contribuable, sont tenus de leur assurer des prestations de qualité, mais c’est trop leur demander.

Aujourd’hui, si l’on a pas la chance d’avoir des parents, des amis, d’être recommandé ou d’avoir des sous, c’est la galère assurée. Ce qui étonne le plus dans cette situation est le fait que les employés agissent dans l’impunité et la désinvolture la plus totale. Des fois, il faut faire preuve de beaucoup de retenue pour ne pas « péter les plombs ». 

Il suffit d’aller dans les hôpitaux parfois avec un malade pour se rendre compte de l’insouciance ou de l’inconscience des préposés à l’accueil. Que le malade soit mal en point ou pas, ils ne font guère preuve de compassion ou de sollicitude, c’est à peine qu’ils daignent faire leur boulot, le plus souvent avec une mine renfrognée.

Idem dans les commissariats de police où ceux qui y travaillent, affichent une mine des plis rébarbatives. Pour des papiers à légaliser ou une plainte à déposer, il faut faire profil bas et être doux comme un agneau. De sorte que la plupart du temps, les usagers éprouvent une certaine crainte pour ne pas dire une méfiance envers ces hommes de tenues alors que les relations devraient être empreintes de confiance et d’assurance. 

Pourtant lors de sa prise de fonction, Anna Sémou Faye, ex-directeur général de la Police nationale avait promis de « rendre la police beaucoup plus visible, beaucoup plus proche des populations pour les rassurer avec des dispositifs qui permettront d’être plus proche, mais aussi de faire de la prévention». Pour elle, le maître-mot doit être rassurer : rassurer par la présence, rassurer par la prévention, rassurer par l’écoute.

Mais il semble à ce jour, que les populations ne sont ni écoutées, ni rassurées, elles sont tout simplement laissées à elles-mêmes. Dans les autres services tels que les mairies, les sociétés nationales, c’est comme s’ils s’étaient passé le mot. Les usagers ne sont pas traités avec les égards dus, parfois, ils sont même traités avec mépris. 

C’est pourquoi d’ailleurs le Président de la République a érigé la modernisation du Service public au titre de réforme-phare du Pse dans le but d’accélérer les transformations structurelles des prestations rendues aux divers usagers du Service public.

C’est dans ce cadre qu’il avait initié en avril 2016, le forum de l’administration. Lors de ce forum, le Premier ministre Boun Abdallah Dionne avait piqué une colère noire du fait des retards et dysfonctionnements qu’il avait constatés et promis des sanctions. 

Mais à ce jour, fourass ! Et les usagers continuent de subir ces désagréments, c’est comme si les fonctionnaires n’avaient cure des états d’âme du Pm. Aujourd’hui, les citoyens ont tellement dénoncé les tares qui gangrènent le service public, qu’ils ont fini par abdiquer devant le diktat de ces fonctionnaires, plus soucieux de se remplir les poches que de s’acquitter convenablement de leur devoir.

Pourtant, lors de ce forum sur l’administration, le chef de l’Etat avait rappelé à l’administration ses devoirs, l’invitant à s’adapter aux «exigences des citoyens» et de faire preuve de «simplicité», de «disponibilité» et d’«efficacité». Macky Sall leur avait fait cette leçon : ‘l’administration doit être au service des usagers, par sa proximité, sa simplicité, sa disponibilité, sa célérité, sa lisibilité et l’efficacité de son action ». Coucou, qu’est-ce qu’il a dit le Prési’?

Il semble, en tout état de cause, que cette leçon tarde à être retenue par ces travailleurs du service public qui semblent être plus soucieux de se servir que de servir.

LA REDACTION LERAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here