Share Button

Cette anecdote m’a été raconté par Ahmadou Bamba à propos de son principal accusateur qui avait exigé son exil : « Pour ce qui est du sort de ce colonial », dit Ahmadou Bamba, j’ai appris pendant mon exil qu’il était tombé en disgrâce et que, à la suite de l’examen de son cas, il fut décidé de l’affecter à l’île où il m’avait envoyé – C’est un châtiment divin. A ma grande surprise, on m’apprit que cet homme se trouvait dans l’île. Par honte ou par peur, il passa dans l’île un temps en évitant de me rencontrer.

Pourtant il disait à celui qui était chargé de me surveiller :

« Ne fais pas de mal à ce marabout. Car il fut à l’origine de ce qui m’est arrivée. Ne fais que lui remettre sa pension mensuelle ». Cette recommandation changea considérablement l’attitude de son interlocuteur et rendit l’exil moins pénible. Ainsi Dieu amoindrit-il grâce à lui les maux qu’il avait causés. Plus tard, il fut affecté à Kayes où un sorcier bambara. « Regardez le sort que subissent les injustes ! » (Le Coran 10 : 39) Le destin de cet homme ressemble à celui d’Amir Ibn Tufayl, un ennemi, du Prophète (PSL), qui tomba malade et se réfugia dans la tante d’une femme de la tribu de Salûl et se plaignait de son sort en disant : serai-je atteint d’une gale comme un pauvre chameau ! Mourrai-je si misérablement chez une salûlienne !

Dans un poème composé sur les lettres du verset : « Tel est le paradis qui a été promis aux pieux…. Voilà la fin de ceux qui pratiquent la piété… » (Le Coran 13 : 35) Ahmadou Bamba dit encore à propos de cet injuste agent des autorités coloniales :

« L’injustice que je subissais a été écartée grâce à l’aide d’un puissant

Qui a brisé l’arme de l’homme orgueilleux.

Je lui suis reconnaissant d’avoir tué l’homme qui a rusé (contre moi)

En l’an 1313 (1895) et dont la mort m’a tranquillisé

Il ne cherchait qu’à vexer.

Mais après de grands efforts, il échoua.

Surpris par le châtiment de mon Seigneur,

Il erra dans les îles et sur la terre ferme

Après avoir été trahi par ses collègues.

Le « ministre » africain [cité plus haut] était un musulman dont la famille est bien connue. Mais je me tais sur lui par crainte de souiller ma plume ! J’en ferai de même à l’égard de son frère christianisé, l’administrateur colonial qui se moquait d’Ahmadou Bamba chaque fois qu’il le rencontrait. Dieu s’occupera d’eux. J’ai d’ailleurs vu ce que Ahmadou Bamba avait écrit à propos de ces deux hommes. Nombreuses personnes qui les connaissent bien m’ont informé que l’un et l’autre ont subi une triste fin. Celui qui servait au Sénégal mourut à Dakar et celui qui servait dans les autres colonies mourut à Conakry 30 (Que Dieu nous protège ainsi que tous les musulmans de leur sort. Amen !).

 

Traité historique et biographique sur Cheikh Ahmadou Bamba

écrit par Cheikh M.Lamine DIOP (Dagana)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here