Share Button

Travaux de la plus grande autoroute du Sénégal, d’un coût de plus de 500 milliards sont allés très vite. «Avec plusieurs camps de base installés dans les villes de Thiès, Diourbel, Bambey, les travaux ont démarré dans plusieurs sites et de manière simultanée ». C’est ce qui a pu rendre opérationnel au moins une quarantaine de kilomètres d’autoroute en moins d’une année. Dans les différentes prévisions des experts, pas moins de 500 000 véhicules pourraient emprunter ce tronçon pour se rendre dans la ville sainte. Seule question pas encore réglée, quelle tarification pour les automobilistes ? «A part les 3000 francs de péage à payer entre Dakar et AIBD, le reste pourrait être gratuit. C’est d’ailleurs ce qui avait été prévu lors des négociations entre Eiffage (gestionnaire des autoroutes en attendant la création d’une société par l’Etat) et le gouvernement. Les pèlerins pour Touba devraient donc faire le reste du trajet gratuitement. Eiffage pourrait y trouver son compte en réalisant un chiffre d’affaires d’au moins 1, 5 milliard durant la période du Magal de Touba. «Un chiffre qui dément ceux qui pensent que l’autoroute Ila Touba n’est pas rentable ». Il y a quelques semaines, le ministre des infrastructures, Mansour Elimane  Kâne a annoncé l’inauguration de l’autoroute en décembre 2018. À l’en croire, 84% du terrassement est terminé et 42% des ouvrages hydrauliques, dont 20 forages situés sur le tracé de l’autoroute, sont en place. « Le Président de la République va inaugurer l’autoroute Ila Touba le 31 décembre 2018 », a-t-il lancé avec force. Avant de poursuivre «Il faut se féliciter de ces résultats qu’on a pu avoir en changeant la façon de travailler. À ce rythme, deux livrables sont à l’horizon. Le 31 décembre 2018,  l’autoroute sera livré clef à main avec son système de vidéo surveillance.», avait-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here