UNE SEMAINE HORS-SUJET

Share Button

La réplique d’El Hadji Ndiaye est ironiquement significative à l’endroit de Yakham Mbaye. « Des hommes qui ont aucune culture de la culture ». Nous parlons siTounkara avait-il le droit de suggérer ça aux mauritaniens victimes de racisme et des discriminations lors de l’émission « Le grand rendez-vous »?

Nous manquons d’urbanité ! se désole une amie compatriote, choquée par les sorties de route répétitives du boss de Walfadjri, qui manifestement pousse le bouchon de plus en plus et que dire des propos du présentateur-polémiste Tounkara qui sont attentatoires à la cohésion nationale du Sénégal et la République Islamique de la Mauritanie.
Deux cas parmi les siens, avec des postures parfois sujettes à caution qui suscitent des réactions grossières et licencieuses.Cela peut se comprendre certes, mais… . D’abord rappelons quelques règles en journalisme. On nous apprends que « tout ne vaut pas tout ». Ils ignorent que la personne qui tend le micro est responsable des propos recueillis. »On ne peut pas tout dire ». Doit-on tout dire aussi ? Non aussi
Même la maisonnée n’évoquera pas certains sujets ou du moins certains propos dans la véranda. Par conséquent aux mauritaniens « Sén kanni kéénn dou léénn kooo lékkaal autrement dit « personne ne dégustera votre plat pimenté si ce n’est que vous les mauritaniens concernés. »
Par corporatisme il faut condamner catégoriquement leurs propos car nous ne sommes pas à l’abris d’impairs encore moins des intouchables. Ceci dit ne serait-ce par considération à la démocratie le ministre Secrétaire d’Etat Yakham Mbaye aurait dû s’en ouvrir directement au PDG de la 2stv car c’est un homme du sérail qui n’ignore pas les aléas du métier, mais adresser un courrier menaçant de retirer la licence de la chaîne de télévision ne pouvait susciter que des réactions belliqueuses et offensives de la part des imprésarii de ce support médiatique.
Que Tounkara rentre dans les rangs.
Que Sidy Lamine Niass tamise ses opinions indicibles.
Que Yakham Mbaye sache qu’il ne décide pas grand chose dans un gouvernement où le président a le dernier mot au bout du bout.
Que les insulteurs des réseaux sociaux sont vus comme des Victor de l’Aveyron.
Une semaine hors sujet.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here