Share Button

 

A l’image des musulmans du Sénégal qui ne s’entendent pas sur la date de la fête de Tabaski 2017 –vendredi pour certains et samedi pour d’autres -, les inspecteurs du travail se déchirent sur le jour qui devrait être déclaré férié.
Pour l’inspecteur du Travail à la retraite, Abdou Fatah Diakhoumpa, il n’y a rien à faire dans la mesure où l’Etat reste muet. « Comme la loi ne fixe pas la date encore moins le jour ni la journée, l’Etat se refusant de s’immiscer dans la fixation des jours, cela revient à dire que le jour qu’une communauté fête la Tabaski est férié et, est normalement chômé », a-t-il expliqué.
Dans ce sens, il pense que le Sénégal file vers deux jours fériés. « Si une partie de la communauté musulmane fête vendredi et l’autre samedi, cela veut dire que les jours sont considérés comme fériés dans la mesure où il n’y a pas un service officiel qui fixe la date la fête, comme dans les pays qui nous entourent », a précisé le natif de Thiadiaye. Car, «ni l’Etat ni l’employeur ne peut dire que le vendredi n’est pas le jour de la fête et n’est donc pas férié ».
Mais, sa thèse a été balayée du revers de la main par un autre inspecteur du Travail. Pour Mamadou Camara, un seul jour est prévu par la loi. « Au Sénégal, la référence, c’est la loi n°7452 du 14 novembre 1974, qui prévoyait un nombre de 15 jours fériés. Mais, à ce nombre il faut ajouter le Magal de Touba », a-t-il rectifié, notant que cette loi 7452 a fait une loi de modification en 2013.

A l’en croire, «la Tabaski au sens de la loi, c’est une seule journée ».
Mais, pour Mamadou Camara, le président de la République peut prendre un décret, dans la mesure où le Sénégal est dans la logique de 2 à 3 fêtes.

«D’habitude, on a, officiellement, les conclusions de la commission sur le croissant lunaire. Il faut ajouter que depuis 1974, l’article 8 du décret 74 -1125 a prévu qu’un décret peut déclarer fériée toute journée ne figurant pas sur le calendrier des fêtes », a-t-il affirmé.

Une preuve que les Sénégalais se particularisent souvent par leurs désaccords à l’image de ces inspecteurs qui s’exprimaient, ce mercredi sur Rfm (privée).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here