Yémen : une quarantaine de réfugiés somaliens massacrés sur leur embarcation en mer Rouge

Share Button

Quarante-deux réfugiés somaliens, dont des femmes et des enfants, ont été tués par des tirs sur leur embarcation en mer Rouge, a-t-on appris vendredi auprès de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève.

Malgré le massacre, dont les circonstances demeurent floues, l’embarcation a pu accoster à Hodeida, une ville contrôlée par les rebelles chiites sur la côte ouest du Yémen. « 42 corps ont été récupérés », a déclaré dans un message à l’AFP Joel Millman, porte-parole de l’OIM. Un précédent bilan faisait état de 33 morts transportés dans les hôpitaux de la ville portuaire, où 35 blessés ont été admis, selon un responsable des services de santé.

Sous le couvert de l’anonymat, un responsable portuaire a indiqué que les morts et les blessés avaient été atteints par des tirs d’armes légères, ce qui semble exclure une attaque aérienne.

Les survivants conduits en prison

Des dizaines d’autres Somaliens qui ont survécu à l’attaque ont été conduits vers la prison centrale de la ville.

L’agence Saba, contrôlée par les rebelles chiites Houthis, a pour sa part affirmé que ces réfugiés avaient été attaqués en mer Rouge par l’aviation de la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite. Mais l’agence n’a pas donné de bilan précis de cette attaque et n’en a pas précisé les circonstances.

On ignore pour le moment si ces réfugiés tentaient de quitter le Yémen ou d’y trouver refuge.  En dépit de la guerre et de la crise humanitaire qu’il traverse, ce pays de dix millions d’habitants continue d’attirer de nombreux réfugiés de la Corne de l’Afrique fuyant la misère.

La « pire crise humanitaire au monde »

Plusieurs camps de réfugiés somaliens existent dans le sud du Yémen mais aucun dans la région de Hodeida, située plus au nord. Une zone en proie à de violents combats selon des sources militaires et hospitalières, qui ont fait état de 32 morts, dont dix civils, durant les dernières 24 heures.

Selon l’ONU, le conflit au Yémen a fait près de 7 700 morts et plus de 42 500 blessés depuis mars 2015, date de l’intervention de la coalition militaire arabe conduite par l’Arabie saoudite en soutien au gouvernement face aux rebelles qui se sont emparés de Sanaa en septembre 2014. Le pays est actuellement confronté à la « pire crise humanitaire au monde » et à « un grave risque de famine« , mettent en garde les Nations unies.                                                                                                                                                                                                                                                 Avec Jeuneafrique.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here