People queue to draw money outside a bank in Harare, Zimbabwe, November 15,2017. REUTERS/Philimon Bulawayo
Share Button

La nuit, au Zimbabwe, d’étranges dortoirs s’organisent devant les banques. Ce ne sont pas des miséreux qui couchent à même le sol, mais des représentants de la classe moyenne. Alignés en rang devant les agences, ils peinent à trouver le sommeil dans le froid, espérant retirer, au matin, quelques dollars. Le billet vert, désormais monnaie nationale, s’est évanoui des circuits officiels. Ce soir, à la Barclays du centre commercial d’Avondale, à Harare, une quinzaine d’hommes se retournent sous leurs couvertures en attendant l’ouverture des guichets.

Seuls les premiers ont des chances d’être servis. Combien pourront-ils retirer ? Impossible de le savoir à l’avance. « Dix à vingt dollars, au maximum. Je peux être obligé de recommencer dix fois pour obtenir deux cents dollars », explique un homme, employé dans un supermarché. Certains jours, ils ne pourront obtenir que des poignées de piécettes à l’inquiétante apparence de fer-blanc, qui peu à peu remplacent les billets des bond notes – de mini-obligations –, une monnaie papier destinée, légalement, à remplacer elle-même les dollars américains qui font défaut.

Un fonctionnaire, couché par terre, se demande si Emmerson Mnangagwa, l’homme qui a fait tomber Robert Mugabe et vient de rentrer triomphalement au Zimbabwe, quelques heures plus tôt mercredi 22 novembre, va pouvoir « mettre de l’ordre dans tout cela ». Il ignore sans doute qu’un plan de relance clientéliste de l’agriculture, mené par celui qui était alors vice-président lors de l’année écoulée, a contribué à vider les caisses de l’Etat, l’une des causes de la pénurie de dollars.

« Etat paria »L’opération, baptisée Command Agriculture, devait appuyer les paysans en achetant leurs récoltes avec des fonds publics. Des milliards ont été engloutis, mille officiers ont été déployés dans le pays pour prendre le système en main, replaçant l’armée au cœur de l’économie et de sa prédation, tout en « achetant » les votes…

L’ACCÈS À LA TOTALITÉ DE L’ARTICLE EST PROTÉGÉ

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here